i

Vallée de la Loire

La Loire est, avec 1 012 kilomètres, le plus long fleuve de France. Elle prend sa source dans le Massif Central et se jette dans l’Atlantique après avoir traversé des régions fort variées. Son bassin hydrographique s’étend sur 120 000 km². Autant dire que les vignobles de la Loire présentent une grande diversité de styles : blancs secs, demi-secs, moelleux, effervescents ; rosés légers ; rouges souples, voire charpentés et de longue garde. Un filon inépuisable pour l’œnophile averti !

 

 

Si l’on veut être synthétique, on peut distinguer d’amont en aval : Les vignobles d’Auvergne, du Bourbonnais et du Forez : vignobles de vallées montagnardes ou installés en périphérie. Sous un climat continental ou semi-continental où les hivers sont froids, c’est ici le royaume du gamay et du pinot noir en rouge : ils donnent des vins rouges et rosés légers et fruités. Mais on y trouve aussi du chardonnay, du sauvignon et quelques cépages locaux dont le tressalier ou le saint-pierre doré. Quatre appellations se partagent ce secteur : Côtes d’Auvergne, Côtes du Forez, Côte roannaise, Saint Pourçain auxquelles il faut ajouter quelques vins de pays dont le vin de pays d’Urfé.

 

Les vignobles du Berry, Nivernais, Orléanais : quittant le Bourbonnais (Allier) en direction du Nord, on pénètre en Nivernais où l’Allier vient mêler ses eaux à celles de la Loire. De Nevers à Orléans (AOC Sancerre, Pouilly-Fumé, Coteaux du Giennois), les vignes doivent encore s’abriter des hivers froids et des printemps fantasques. Le Berry lui aussi a ses vignobles : Menetou-Salon d’abord, qui prolonge le Sancerrois vers l’Est, Quincy et Reuilly ensuite qui, au sud de Vierzon, bordent le Cher et son affluent l’Arnon. Les vins les plus célèbres sont ici les blancs élaborés surtout avec du sauvignon. Mais les rouges et les rosés issus de pinot noir ne manquent pas d’attrait et même localement, de classe.

 

Les Vignobles de Touraine et de sa périphérie : La Touraine viticole commence à Blois et s’étire jusqu’au voisinage de Saumur (cette dernière ville et ses vignobles étant angevins). Le climat est ici plus tempéré qu’en Nivernais, le souffle tiède de l’Océan canalisé par la large vallée se faisant sentir jusque là, mais il reste mâtiné  d’influences continentales. Est-ce à cette subtile combinaison que la Touraine (comme sa voisine l’Anjou) doit sa douceur de vivre ? Les rois de France en tout cas n’y restèrent pas indifférents, eux qui bâtirent ces joyaux que sont les châteaux de la Loire. Les vignes non plus ne s’en portent pas mal. A Chinon et Bourgueil, le cabernet franc, appelé ici breton, donne de grands vins rouges qui, les bonnes années peuvent se conserver 20 ans ; à Montlouis et Vouvray, le chenin nous offre de splendides vins blancs, tranquilles ou effervescents.

 

A ces seigneurs il convient d’ajouter des vignobles parfois moins connus qui bien des fois vous réserveront des surprises.

 

En tout 9 appellations réellement tourangelles : Touraine, Touraine-Amboise, Touraine-Azay-le-Rideau, Touraine-Mesland, Bourgueil, Saint-Nicolas de Bourgueil, Chinon, Vouvray, Montlouis auxquelles s’ajoutent six appellations qu’on peut considérer comme périphériques : Cheverny (qui relie la Touraine à l’Orléanais), Valençay (qui prolonge la Touraine au sud-est), Coteaux du Vendômois, Jasnières, Coteaux du Loir (au nord), Vins du Haut Poitou (en direction du Sud-Ouest).

 

Les Vignobles d’Anjou et de Saumur : on pénètre en Anjou en franchissant vers l’ouest les limites du Maine et  Loire. Au début, dans le secteur de Saumur le paysage ne change guère, toujours assis sur la craie (le tuffeau) dans lequel ont été creusés des milliers de kilomètres de caves. C’est l’Anjou blanc. On produit ici des vins rouges principalement à base de cabernet franc et des vins effervescents réputés. En continuant vers l’Ouest, on atteint bientôt le contact entre le bassin parisien et le massif armoricain. C’est le début de l’Anjou noir établi sur des terrains à dominante schisteuse (ardoise). Les vins rouges se font plus structurés et le chenin trouve localement (Vallée du Layon) ses terroirs d’élection pour permettre l’élaboration de superbes vins moelleux. N’oublions pas les rosés, parfois secs, souvent demi-secs, dont l’Anjou est –devant la Provence- la première région productrice de France.

 

On l’a compris, la région Anjou-Saumur compte un grand nombre d’appellations produisant les vins les plus divers. Plus d’une vingtaine en tout :

 

Rouges : Anjou, Anjou-Villages, Anjou-gamay, Saumur, Saumur-Champigny

 

Rosés : Rosé d’Anjou, Cabernet d’Anjou, Rosé de Loire, Cabernet de Saumur, Coteaux de Saumur.

 

Blancs moelleux : Coteaux de l’Aubance, Anjou-Coteaux de la Loire, Coteaux du Layon, Chaume, Quarts de Chaume, Bonnezeaux.

 

Blancs secs : Savennières (parfois demi-secs), Anjou

 

Vins effervescents : Anjou mousseux, Saumur mousseux, Crémant de Loire.

 

Le Pays nantais : Le vignoble du Pays nantais prolonge l’Anjou vers l’Ouest, passée la commune d’Ingrandes. C’est avec environ 20 000 hectares, le vignoble le plus étendu de toute la vallée de la Loire. Le climat de type océanique, les sols froids (on est ici sur le massif armoricain) expliquent que cette région se soit spécialisée dans la production de vins blancs secs. Les étés ne sont pas assez chauds pour produire des vins moelleux et trop incertains pour élaborer des rouges. Ces derniers existent néanmoins à la limite de l’Anjou (Coteaux d’Ancenis) et dans les Fiefs Vendéens autour des Sables d’Olonne, mais en petite quantité. Ce sont donc les vins blancs, élaborés avec la folle blanche (appelée gros plant) mais surtout le melon de bourgogne (muscadet) qui dominent. Ils donnent naissance à des vins blancs secs, parfumés (le muscadet surtout) qui se marient avec bonheur avec les produits de la mer : coquillages et poissons.

 

Le Pays nantais compte 7 appellations : Coteaux d’Ancenis, Muscadet, Muscadet Sèvre et Maine, Muscadet des Coteaux de la Loire, Muscadet des Côtes de Grand-Lieu, Gros plant du pays Nantais, Fiefs Vendéens.

 

LES APPELLATIONS LIGÉRIENNES

 

Anjou A.O.C.

 

Présentation : l’appellation s’étend sur 188 communes (moitié sud du département du Maine-et-Loire, un peu sur la Vienne et les Deux-Sèvres). On distingue sur cette vaste zone deux grandes familles de sols : les premiers sur le massif armoricain avec des schistes argileux ou ardoisiers du Silurien, les seconds sur le bassin parisien avec des terrains calcaires et argilo-sableux. On parle ainsi d’Anjou noir, d’Anjou bleu et  d’Anjou blanc.

 

Types de vins : Les rouges sont élaborés avec du cabernet franc, cabernet sauvignon et pineau d’Aunis. Si certains sont souples, frais aromatiques et friands, d’autres présentent une charpente tannique prononcée en raison de leur macération plus longue. On y trouve des parfums de framboise, de cassis, de poivron vert et d’épices. A consommer dans leur jeunesse sur charcuterie, viandes blanches ou rouges.

 

Les blancs, issus au moins de 80 % de chenin (chardonnay et sauvignon en complément), sont secs, fins, typés et parfumés. Les meilleurs sont issus des terrains schisteux. Ils offrent des arômes d’agrumes comme le pamplemousse, de pomme, de noyau de pêche et des nuances végétales. A déguster sur hors d’œuvre ou poissons. Une petite partie de ces blancs peuvent être élaborés en demi-secs et moelleux. Les rosés, dont la production est en constant déclin, sont souples et tendres. 

 

Anjou mousseux A.O.C.

 

Neuf communes du département de la Vienne (intégrés à l’appellation Anjou) peuvent produire des vins effervescents dont Pouancay, Berrie, Saint-Léger-de-Montbrillais, Ternay et Ranton. Le chenin doit représenter au minimum 80% de l’assemblage. La prise de mousse se fait lors d’une seconde fermentation en bouteille. Ces vins sont conseillés à l’apéritif ou sur des desserts. 

 

Anjou Coteaux de la Loire A.O.C.

 

Présentation : cette appellation de vins doux s’étend sur 11 communes du Maine-et-Loire sur les coteaux bordant la Loire à l’ouest d’Angers. La production est concentrée principalement sur les villages de La Pommeraye et de Montjean. Les vendanges sont uniquement manuelles et se font par tries successives. Les sols sont schisteux et calcaires. Le cépage utilisé est le chenin. 

 

Types de vins : jeunes, ils sont plus secs que les coteaux du layon puis avec l’âge deviennent ronds et soyeux. Ces vins ont une robe brillante aux nuances dorées et aux reflets verts. Leurs parfums évoquent les fruits mûrs comme la pêche de vigne mais aussi, le miel, le tilleul et le foin coupé. Le sol schisteux leur permet de développer des notes animales, de calcaire, des nuances plus minérales. A déguster à l’apéritif ou sur une truite, une tarte aux poires, des fromages (Bresse, fourme).

 

Anjou-gamay A.O.C.

 

Présentation : comme son nom l’indique seul le gamay est autorisé dans cette appellation qui couvre toute l’aire de production de l’Anjou à l’exclusion de la région de Saumur.

 

Types de vins : ce sont des vins ronds, souples, légers et fruités. Ils sont à boire jeunes et développent des parfums de fruits rouges comme la groseille. En primeur, aux fruits rouges viennent s’ajouter des arômes de fruits exotiques. Les plats conseillés sont : volailles, viandes rouges grillées, viandes blanches, fromages tendres. 

 

Anjou-villages A.O.C.

 

Présentation : 46 communes de l’aire Anjou ont droit à cette appellation qui ne concerne que les vins rouges. Les anjou-villages se distinguent des anjou rouges par leurs règles d’encépagement et les méthodes de vinification : pas de pineau d’aunis et temps de cuvaison et d’élevage plus longs. En outre, les « villages » ne peuvent être mis à la vente avant le 15 septembre de l’année qui suit la récolte. Les meilleurs terroirs se situent au sud d’Angers notamment autour de Brissac, de Thouarcé et de Martigné-Briand. 

 

Types de vins : élaborés à partir de cabernet franc et de cabernet sauvignon, ces vins sont fruités et charpentés et demandent à vieillir quelques années. D’une robe pourpre à grenat, ils ont des parfums de fruits rouges (mûre, fraise, cassis, cerise), de sous-bois et d’épices qui évoluent avec le temps vers le cuir et le noyau. A déguster sur gibiers, poissons en sauce au vin rouge, viandes rouges rôties ou grillées, fromages. 

 

Bonnezeaux A.O.C.

 

Présentation : Bonnezeaux est l’un des deux grands crus des Coteaux du layon en Anjou. L’aire de production se situe au sud de la Loire à une vingtaine de kilomètres d’Angers sur la commune de Thouarcé. Le vignoble est réparti sur trois coteaux : la Montagne, Beauregard et Fesles. Ils sont exposés sud/sud-ouest et surplombent le Layon. 

 

Les raisins sont ramassés surmûris et récoltés à la main par tries successifs. Le degré alcoolique doit être au minimum de 13,5 %. L’ensemble de l’appellation est morcelé entre une cinquantaine de propriétaires. Les vignes sont plantées sur des sols schisteux décomposés riches en grès, quartz et phtanites. La couche arable est peu profonde, riche en éléments grossiers. Un seul cépage blanc est cultivé : le chenin. 

 

Types de vins : les bonnezeaux sont des vins liquoreux frais, équilibrés, fins, délicats, complexes, élégants. Riches en fruits, ils sont opulents, gras, séveux et charpentés. Avec l’âge, ils deviennent amples, onctueux et étoffés. D’une robe dorée aux reflets verts, ils ont des parfums d’abricot compoté, d’orange, de coing, d’ananas, de verveine, de vanille, de miel, d’acacia, d’aubépine et de tilleul. A déguster sur foie gras aux raisins, poissons en sauce comme le turbot, fromages bleus…

 

Bourgueil A.O.C.

 

Présentation : Le vignoble de Bourgueil s’étend en Touraine sur une bande de 15 km perpendiculaire à la Loire. Huit communes peuvent prétendre à l’A.O.C (Bourgueil, Saint-Nicolas de Bourgueil, Benais, Chouzé-sur-Loire, Ingrandes de Touraine, La Chapelle sur Loire, Restigné et Saint-Patrice). L’appellation produisait autrefois des vins très appréciés par Louis XI, Rabelais et Ronsard. 

 

Le vignoble peut être divisé en trois zones : les bords de Loire où des îlots caillouteux permettent la culture de la vigne, ensuite une terrasse où se concentre la majorité du vignoble et enfin le plateau de craie (tuffeau) qui est parcouru par un affluent de la Loire, le Changeon.

 

Types de vins : Bourgueil produit essentiellement des vins rouges à partir de cabernet franc (le cabernet sauvignon ne peut pas dépasser 10 %). Les styles de vins varient selon le terroir. Sur les terroirs graveleux, les vins sont élégants, nerveux, fins, souples et fruités. Les vins issus des terroirs de tuffeau sont en revanche charpentés, corsés et tanniques. Dans leur jeunesse, ils peuvent être durs voire fermes. Le bourgueil fleure bon la violette, le poivron, les épices, la framboise, la groseille et présente souvent de petites touches giboyeuses et terreuses. Les plats conseillés pour l’accompagner sont le bœuf aux morilles, la daube, le civet de lièvre, les viandes rouges rôties…

 

Cabernet d’Anjou A.O.C.

 

Présentation : ce vin rosé peut être produit sur 188 communes, correspondant à l’aire d’appellation Anjou. Les sols sont variés : schisteux, argileux et calcaires, le tout étant souvent recouvert de sable et de graviers. Les meilleurs secteurs se situent sur les pentes de la haute et moyenne vallée de Layon. Le climat est océanique avec des hivers peu rigoureux, des étés chauds et de faibles amplitudes thermiques. 

 

Types de vins : généralement vinifiés en demi-secs à partir de cabernet franc et d’un peu de cabernet sauvignon, ils sont friands, longs, légers, tendres et fins, à boire jeunes. Les vins ont une robe orangée ou grenadine qui se tuile en vieillissant. Ils ont des parfums de framboise, de groseille, de fraise, de fruits à l’eau-de-vie, des notes vanillées et mentholées mais présentent aussi des nuances florales, d’iris, de violette et de rose. On peut déguster ce vin charmant sur une tourte aux champignons, une quiche, de la charcuterie, des volailles, des plats exotiques, un dessert aux fruits (mousse de fruits). 

 

Cabernet de Saumur A.O.C.

 

Présentation : ces vins rosés, élaborés à partie de cabernet franc et cabernet sauvignon sont produits dans la même aire d’appellation que le saumur sur des sols calcaires. Comme son nom l’indique.

 

Types de vins : Ce sont des vins rosés plus secs que les cabernet d’anjou mais également plus élégants. Ils sont tendres, friands, frais et ronds. A déguster sur charcuterie, volailles…

 

Châteaumeillant A.O.C.

 

Présentation : l’appellation se situe au sud-ouest de Saint-Amand-Montrond à 60 km de Bourges, dans le Berry. Elle est répartie sur deux départements (l’Indre et le Cher). Les sols sont siliceux à dominante sableuse et sablo-argileuse sur un sous-sol métamorphisé. La présence de grès caillouteux et d’un climat pré-montagnard de type limousin, sont très favorables au gamay. Mais on cultive aussi le pinot noir et le pinot gris. 

 

Types de vins : Les rouges sont fruités, légers, gouleyants, vifs et à boire jeunes. Un ajout de pinot noir et de pinot gris permet de les renforcer tout en les attendrissant. Le châteaumeillant présente une robe claire et des parfums de fraise des bois, de poivre. Les rosés, appelés « gris » sont frais. A déguster sur des salades composées, des chèvres frais aux herbes. Avec les rosés, la cuisine exotique venue de Chine, des Caraïbes ou de Thaïlande est recommandée. 

 

Cheverny A.O.C.

 

Présentation : cette appellation se situe dans le nord-est de la Touraine, entre la Loire et la Sologne, près de Blois. Il s’étend sur 24 communes. Les sols sont sablo-argileux, sablo-siliceux et argilo-calcaires. C’est un vignoble de carrières où sont cultivés gamay, cabernet, pinot noir, côt, pineau d’Aunis, pinot gris (rouges), mais aussi chenin, menu pineau, chardonnay, romorantin, sauvignon (blancs) 

 

Types de vins :  les rouges sont vifs, francs, fruités, légers, gouleyants. On y reconnaît des arômes de fruits rouges et de fruits noirs de cassis, de réglisse. Les blancs, à la robe pâle, sont secs, vifs, frais, avec des parfums de noisette, de miel. Les rosés quant à eux sont souples et frais. Ils ont une couleur rose saumon et dégagent des notes épicées et parfois grillées. Les vins de Cheverny s’accommodent de veau grillé, volaille rôtie, fromages, (rouges), poissons, crustacés (blancs). Les rosés conviennent à l’apéritif mais peuvent aussi accompagner des grillades. 

 

Chinon A.O.C.

 

Présentation : la région de Chinon se situe à la confluence de l’Anjou, de Saumur et de la Touraine. L’A.O.C. recouvre 19 communes (Beaumont-en-Véron, Avoine, Chinon, Cravant, Tavant, Avon les roches…) situées de part et d’autre de la Vienne. Trois types de sols peuvent être distingués : graviers et sable sur les bords de la Vienne, coteaux et plateaux argilo-calcaires ou argilo-siliceux du Sénonien. L’exposition sud est très favorable au cabernet franc et au cabernet sauvignon (limité à 10 % maximum).

 

Types de vins : A chaque terroir, son style de vin : les rouges issus des sols graveleux sont légers, fruités et très aromatiques, à consommer rapidement. Les vins de plateaux et de coteaux argilo-siliceux sont charpentés, corsés, tanniques, élégants. Ils ont des arômes riches et denses. Ce sont des vins de garde qui deviennent amples et profonds avec le temps. De robe rubis, le chinon présente des arômes de cassis, de violette, des notes minérales et végétales. L’humus et la truffe, des parfums empyreumatiques et des notes animales se rencontrent avec l’âge. 

 

Dans le passé, la personnalité des chinons était due à l’assemblage de vins issus des différents terroirs. Dorénavant, les viticulteurs isolent de plus en plus les terroirs en privilégiant les vieilles vignes. A déguster avec des viandes blanches et rouges (chinons légers), des viandes en sauce, des gibiers et des fromages (chinons corsés). Chinon produit aussi des rosés aux arômes fins et nuancés et des blancs de chenin, secs et fruités, en très petite quantité.

 

Côtes d’Auvergne A.O.C.

 

Présentation : l’appellation Côtes d’Auvergne est une A.O.V.D.Q.S. recouvrant 54 communes du Puy de Dôme (Auvergne). Elle compte cinq crus qui peuvent adjoindre leur nom sur l’étiquette : Corent, Boudes, Chanturgues, Châteaugay, Madargues, signe d’une réelle diversité en dépit d’un encépagement uniforme : gamay pour les rouges et rosés, chardonnay pour les blancs (très minoritaires). 

 

Types de vins : Corent, autour du plateau du même nom, possède par exemple un sol argilo-calcaire et produit surtout des rosés (vins gris) agréables et fruités développant des parfums d’abricot, de fruits jaunes, de fruits confits et des notes poivrées. Boudes, où la production de rosé est également importante, repose sur des sols un peu plus calcaires comprenant des fragments de basalte. La butte de Châteaugay, au nord-ouest de Clermont-Ferrand, présente des sols moins argileux et plus sableux avec une proportion de débris volcaniques plus importante. Ce terroir donne des vins rouges fermes et rustiques de semi-garde qui peuvent accompagner les grillades 

 

A Chanturgues, la colline, protégée de l’érosion par des coulées basaltiques du Miocène, laisse affleurer des flancs argilo-calcaires. Ce cru produit des vins structurés et souples à la fois aux arômes de fumé, d’épices, de cerise noire et de violette. Ils demandent quelques années avant de s’épanouir.

 

Côte Roannaise A.O.C.

 

Présentation : l’appellation Côte roannaise s’étend sur 14 communes de la rive gauche de la Loire. Le gamay, appelé saint-romain dans la région, est le seul cépage utilisé. Les sols sont à dominante granitique et basaltique, recouverts en bas de coteaux de sable et d’alluvions.

 

Types de vins : Les vins, rouges et rosés, sont élaborés par macération « semi-carbonique », d’où leur côté friand, franc, vif, frais et harmonieux et leur aptitude à être bus jeunes. D’une robe rubis, ils affichent des parfums de fruits rouges comme le cassis, la framboise, la fraise, la groseille et la myrtille. Ils accompagnent l’andouillette, les saucissons, les tripes, les viandes blanches. 

 

Coteaux d’Ancenis A.O.C.

 

Présentation : L’appellation se situe à l’est de Nantes de part et d’autre de la Loire. Elle recouvre 27 communes à cheval sur le Maine et Loire et la Loire Atlantique. Deux types de sols sont à distinguer : au nord de la Loire, des micaschistes et des schistes pourpres ; au sud de la Loire, des gneiss et des schistes verts. Les vins affichent souvent sur l’étiquette le nom du cépage utilisé : chenin et pinot gris pour les blancs ; cabernet sauvignon, cabernet franc et gamay pour les rouges. 

 

Types de vins : les rouges et les rosés sont fruités, légers, gouleyants, vifs. Ils présentent une couleur brillante et des parfums de fruits rouges. Parfaits pour accompagner hors-d’œuvre, charcuterie, canard aux cerises, grillades, fromages. Les blancs à la robe vert pâle et aux arômes de fruits et de miel sont tendres, ronds, riches et se gardent volontiers. Ils s’accordent aux poissons, viandes blanches en sauce.

 

Coteaux de l’Aubance A.O.C.

 

Présentation : Cette appellation est située à l’ouest de la rivière l’Aubance, à l’est de Brissac et au nord de la Loire dans un secteur parfois qualifié d’ « Anjou noir » en raison de la couleur sombre des sols de schistes ou de grès du Massif Armoricain. Dix communes ont le droit de la revendiquer. Dans la région, l’arrière-saison est particulièrement sèche, ce qui favorise la surmaturation du chenin. L’ensoleillement est important sur des vignes exposées sur les coteaux de l’Aubance.

 

Types de vins : Si l’appellation Coteaux de l’Aubance produit des vins moelleux, elle vinifie surtout des demi-secs. Ces vins sont riches, tendres, délicats, fins, distingués, fruités, ronds, amples et nerveux. Ils présentent une robe limpide avec des reflets or vert, or paille et des parfums de pâte de coing, de fruits confits, de figue, de citron, de miel, de fleurs blanches et des notes minérales. Une merveille à l’apéritif avec des canapés raffinés, des tartes aux fruits, un vol-au-vent… 

 

Coteaux de Saumur A.O.C.

 

Présentation : treize communes du Maine-et-Loire et de la Vienne, situées au nord de l’appellation Saumur, ont le droit de revendiquer cette A.O.C. liée à la production de vins moelleux à partir du cépage chenin. Celui-ci n’est élaboré que lorsque les conditions climatiques le permettent. Les vendanges sont manuelles et par tries successifs. Les sols sont composés de craie de tuffeau. 

 

Types de vins : ils sont fruités, délicats, gras, vifs, et tendres. Les vins ont une robe or-paille aux reflets verts. Ils développent des parfums de raisins rôtis, d’amandes grillées, de miel, de chèvrefeuille et de noisette. A marier avec toutes sortes de mets : tourte aux champignons, foie gras, poissons crémés, fromages (bleu), ris de veau à la crème, l’andouillette au four…

 

Coteaux du Layon A.O.C.

 

Présentation : cette appellation se répartit sur 27 communes de part et d’autre du cours d’eau le Layon affluent de rive gauche de la Loire. Sept de ces communes bénéficient de l’appellation coteaux du Layon suivie du nom d’un village (Beaulieu-sur-Layon, Faye d’Anjou, Rablay-sur Layon, Rochefort-sur-Loire, Saint-Aubin-sur-Luigné, Saint-Lambert-du-Lattay et Chaume). Les sols sont caillouteux avec une dominante schisteuse, argilo-schisteuse et siliceuse. Viennent s’y intercaler des sables graveleux et des résidus volcaniques. Le chenin y est le seul cépage cultivé.

 

Types de vins : les coteaux du layon sont des vins blancs moelleux riches, intenses, ronds, onctueux et gras, le tout balancé par une superbe fraîcheur fruitée. Ils ont une robe or-vert et développent des parfums de tilleul, d’acacia, de miel, d’abricot et d’agrumes évoluant avec l’âge vers la cire, le coing et les fruits confits. On les apprécie à l’apéritif, sur un foie gras, du roquefort, une volaille à la crème, des gésiers, des fromages de chèvre ou à pâte bleue, des poissons comme le sandre et le saumon, et bien sûr au dessert : tarte tatin et toutes les pâtisseries à base de nougatine.

 

Chaume A.O.C.

 

Présentation : petite appellation (70 hectares) des coteaux du Layon située sur la commune de Rochefort-sur-Loire, au nord du hameau de Chaume. La grande majorité du terroir est constitué de poudingues du carbonifère. Il existe quelques formations schisteuses (spilite, phanite). Les vignes sont exposées au sud-est et protégées des vents du nord comme de l’influence océanique. Le cépage unique est le chenin.

 

Types de vins : ils sont gras, riches, fins, structurés, amples, charnus, onctueux, complets, délicats. Les vins ont une robe brillante teintée de vert. Ils ont des parfums de fruits confits (abricots), de fleurs blanches, de pêches blanches et une fine amertume. On les déguste sur du foie gras, des poissons en sauce hollandaise, des fromages (bleus), du melon…

 

Coteaux du Loir A.O.C.

 

Présentation : ce vignoble de 80 hectares complanté de gamay, pinot noir, chenin, pineau d’Aunis se situe sur la rive gauche du Loir (22 communes de la Sarthe et de l’Indre-et-Loire). C’est l’A.O.C. la plus septentrionale de la Loire. La majorité de la production est concentrée sur les communes de Lhomme, de Ruillé-sur-Loir, de Chahaines et de Marçon. Les sols sont argilo-siliceux reposant sur de la craie (tuffeau) avec la présence de marne calcaire. La région bénéficie d’une douceur climatique venue de l’Atlantique.

 

Types de vins : les rouges sont légers, vifs, frais, friands, gouleyants, bouquetés. Ils ressemblent beaucoup aux vins de Touraine. Ils ont une robe peu soutenue et des parfums de griotte, de cannelle et d’épices (poivre). On peut les accompagner avec de la charcuterie (rillettes, andouilles de vire), des viandes blanches, des viandes rouges grillées, une tourte à la viande, du boudin aux pommes, une volaille. Les blancs (pineau de la Loire) sont secs, vigoureux et de garde. Ils développent des arômes végétaux. A apprécier sur des poissons et fruits de mer, de la charcuterie, des viandes blanches en sauce.

 

Coteaux du Vendômois A.O.C.

 

Présentation : ce vignoble de 150 hectares est situé dans la vallée du Loir dans le Loir-et-Cher, entre Vendôme et Montoire. Les sols sont composés d’argile à silex sur un soubassement calcaire. Les cépages rouges utilisés sont le pineau d’Aunis, plant principal qui doit représenter 30% au minimum, le gamay (30% maximum), le pinot noir, le cabernet. Pour les vins blancs : le chenin et le chardonnay (20% maximum de l’assemblage).

 

Types de vins : Les rouges sont à boire jeunes et frais et développent des arômes de fruits rouges, de banane et de vanille. Les rosés sont d’une teinte pâle avec des notes poivrées. Ils sont conseillés sur une friture d’éperlans. 

 

Coteaux du Giennois A.O.C.

 

Présentation : ce vignoble de 150 hectares occupe une zone de coteaux entre Gien et Cosne-sur-Loire (16 communes au total). Dans la Nièvre, les communes d’Aligny-Cosne, La Celle-sur-Loire, Cosne-sur-Loire, Cours-lès-Cosnes, Myennes, Pougny- Saint-Loup et Saint-Père peuvent faire suivre l’A.O.C. Côtes de Gien par le nom de Cosne-sur-Loire. Les sols sont calcaires, graveleux et siliceux sur les terrasses anciennes de la Loire. 

 

Types de vins : les rouges à base de pinot noir, présentent une robe rubis, sont alertes, souples, friands et parfumés. Ils accompagnent feuilleté de jambon, viandes grillées ou rôties, veau, langue de bœuf aux cornichons, boudins noirs grillés. Les blancs aux parfums de sauvignon, sont à déguster sur des poissons de rivière (perche). 

 

Côtes du Forez A.O.C.

 

Présentation : Cette appellation est située aux abords du Massif Central, au nord de Saint-Etienne sur 21 communes et environ 200 hectares. Les sols sont moins calcaires qu’en Auvergne mais sont à 80 % argilo-siliceux quand ils sont issus de la décomposition de roches granitiques et à 20 % d’origine volcanique. Une grande partie de la production est vinifiée et commercialisée par la coopérative. La vinification se fait par macération carbonique et semi-carbonique. 

 

Types de vins : les vins rouges, issus de gamay,  sont francs, aromatiques, vifs, souples, harmonieux, à boire dans leur jeunesse, mais certains, issus de coteaux basaltiques, sont plus corsés et riches en tanins et peuvent attendre quelques années. A déguster sur de la charcuterie, des viandes grillées, des volailles.

 

Cour Cheverny A.O.C.

 

Présentation : les vins de cour cheverny sont produits en Touraine au sud-est de Blois ( département du Loir et Cher). La zone de production couvre 11 communes de la Sologne pour une superficie totale de 60 hectares. Située au nord de l’aire de production de Cheverny, cette A.O.C. ne produit que des blancs à partir d’un cépage unique le romorantin, parfois aussi appelé donnery.

 

Le terroir de Cour Cheverny est sillonné par trois cours d’eau : le Beuvron, le Cosson et la Bièvre. Les vignes sont plantées sur des sols silico-argileux qui parfois peuvent être argilo-calcaires. 

 

Types de vins : d’une robe jaune paille, les vins de cour cheverny distillent des arômes de pomme, de poire, de fleur d’acacia, de miel et des notes minérales. Délicat en bouche, son attaque évoque des parfums empyreumatiques. Vifs et longs, les vins peuvent s’avérer élégants et vieillir quelques années. Ils peuvent accompagner la charcuterie, les poissons de rivière, un saumon, les fruits de mer ou un coquelet grillé. 

 

Crémant de Loire A.O.C.

 

Présentation : le crémant est un vin effervescent élaboré selon la méthode traditionnelle (seconde fermentation en bouteille). L’appellation recouvre l’ensemble des aires de production de Saumur, de l’Anjou et de la Touraine mais les crémants sont principalement produits dans les départements du Maine-et-Loire et de l’Indre-et-Loire. Les crémants de Loire doivent être gardés au minimum un an dans les caves du vigneron avant d’être commercialisés. 

 

Elaboration : l’ensemble des cépages de la Loire peuvent être utilisés à l’exception du sauvignon. Le chenin reste le principal plant utilisé, ce qui le différencie des crémants des autres régions, souvent à base de chardonnay et de pinot. Outre des vendanges manuelles, le pressurage se fait dans des pressoirs sans chaîne. La prise de mousse s’effectue lors d’une deuxième fermentation en bouteille après adjonction d’une liqueur de tirage. Ces vins sont aromatiques, vifs, intenses, francs, à la mousse fine et persistante. A déguster à l’apéritif, sur des crustacés, des poissons, des fromages de chèvre. 

 

Fiefs Vendéens A.O.C.

 

Présentation : l’appellation s’étend au nord des Sables d’Olonne entre la Roche-sur-Yon et Luçon et aux abords de Fontenay-le-Comte. A partir de 1955, les viticulteurs commencèrent à remplacer les cépages hybrides par des cépages nobles comme le pinot noir ou le gamay. On en compte aujourd’hui environ 500 hectares. La majorité de la production est aujourd’hui constituée de vins rouges. Les sols sont variés : argilo-siliceux, argilo-calcaires ou de graves et de sable.  Quatre secteurs ont été distingués et peuvent indiquer le nom  de leur commune principale sur l’étiquette : Brem, Mareuil, Pissote et Vix.