i

Simon Baker : “En matière de vin, j’aime faire des découvertes !”

Le héros charismatique de la série  “Mentalist” est un passionné de surf et il a d’ailleurs réalisé “Breath”, un film qui traite de ce sport. En attendant, il y a un autre élément liquide que Simon aime bien faire glisser dans son gosier, c’est un bon verre de vin. Un breuvage qui lui procure sensations et émotions…  

  

J’ai lu quelque part que mis à part le surf vous avez une autre addiction. Bien française celle-là !

Oui !  Le café noisette et le sandwich au Brie, c’est un must ! J’ai découvert ça lors d’un séjour en France, à Hossegor et rien que d’en parler l’eau me vient à la bouche ! Aux Etats-Unis, quand on vous sert un sandwich, c’est dans un pain mou et… sucré. A l’intérieur, on vous en met des tonnes. De la mayonnaise, du beurre, de la dinde, des tranches de gruyère, des tomates, de la salade, des œufs, des cornichons aigre-doux. Résultat, cela en devient écœurant !

Lors de mes nombreux séjours en France, j’ai aussi appris à apprécier vos différents crus. Quand vous êtes populaire dans un pays comme le vôtre, on est aux petits soins pour vous ! On vous donne le meilleur, on vous sert les meilleurs produits. Les gens pensent que vous serez une sorte d’ambassadeur de leurs vins quand vous rentrerez chez vous !

 

Ce qui est le cas ?

En réalité pas trop ! Quand j’ai bu un bon vin, je n’aime pas dire de quoi il s’agit. Je reste assez vague. Je n’ai pas envie quand j’arrive chez des amis que l’on me serve le même cru que ces derniers ont un soir apprécié chez moi ! J’aime que l’on me fasse découvrir autre chose !

 

Comment garder le secret quand l’étiquette est collée sur la bouteille ?

Je verse toujours le vin dans une carafe de décantation ! La question ne se pose plus !

 

Et quelle est votre belle plus expérience gustative avec un vin ?

C’était à Paris ! On m’avait invité pour faire la promotion du « Mentalist ». Au cours d’un dîner, le sommelier est venu avec un vin qui avait à peu près mon âge ! Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant ! Quand on vous sert un millésime qui a plus de 40 ans, c’est toujours un moment plein d’émotions et d’angoisses aussi car vous n’êtes pas sûr que ce qu'il y a dans la bouteille a bien traversé les décennies !

 

Propos recueillis par Frank Rousseau

31/07/2018