i

Qu’est-ce qu’un vin bio ?

Tout d’abord c’est un vin qui existe officiellement depuis 2012 seulement, date de la reconnaissance du vin bio au niveau européen. Auparavant, la seule terminologie utilisable était : vin élaboré à partir de raisins issus de l'agriculture biologique.

 

Pour faire simple, les raisins seuls étaient bio si le cahier des charges était respecté dans les vignes. Celui-ci interdit l'utilisation d'engrais ou de produits phytosanitaires de synthèse, ainsi que les produits chimiques (pesticides, insecticides, fongicides, engrais...). Mais contre les attaques les plus fréquentes comme le mildiou et l’oïdium, les traitements à la bouillie bordelaise sont par exemple autorisés. Ce mélange d’eau, de sulfate de cuivre et de chaux à la couleur bleu fluo n’est pourtant pas très ragoûtant. En outre, le cuivre est un métal lourd, qui reste dans les sols et « remonte » dans le vin.

 

Curieusement, en matière de vinification, bien peu de contraintes supplémentaires là encore par rapport à une viticulture conventionnelle. L'utilisation du soufre est autorisée, certes à des doses légèrement inférieures (150 mg/l pour le rouge conventionnel, contre 100 mg/l en bio par exemple).

 

Il est donc totalement faux de penser que vin bio est égal à vin sans soufre. Alors certes, tout n’est pas parfait dans le meilleur des mondes, mais une majorité de vignerons bio s’efforcent d’utiliser le moins de produits chimiques possible dans le chai, afin de mettre en valeur tous les efforts consentis dans la vigne. Mais dans un avenir proche le cahier des charges en matière de vinification doit obligatoirement évoluer si l’on veut préserver une viticulture biologique cohérente, ancrée dans les terroirs et qui ne soit pas standardisée par des pratiques de vinification très permissives !

 

Découvrez tous les commentaires de dégustation du guide des vins Gilbert & Gaillard en cliquant ici.