Primeurs 2014 :

Une chose est sûre, 2014 n'aura pas épargné les nerfs des vignerons. Aux deux tiers de l'été, les risques élevés de pourriture et de mildiou laissaient craindre une bien sombre récolte. On a donc pu qualifier de miraculeuse la météo des mois de septembre et d'octobre. Ses après-midi ensoleillés et ses nuits fraîches ont évité au millésime 2014 l'avenir morose qu'on lui prédisait. La récolte, globalement d'un très bon niveau, a été peu abondante certes, mais autrement plus qualitative que celle de l'année passée.

"Millésime du renouveau" pour certains, carrément "miraculé" pour d'autres, qu'en est-il vraiment de ce 2014 et surtout quel avenir peut-on lui prédire ? Gilbert & Gaillard s'est rendu sur place et a arpenté les vignobles bordelais pendant une semaine pour vous en rendre compte.

Reproduire le millésime 2013 aurait été dramatique pour l’économie viticole bordelaise, particulièrement pour les petits producteurs, toujours à la peine. Les grands crus, notamment les premiers et les "supers seconds", tirent eux leur épingle du jeu et devraient malheureusement tirer les prix vers le haut cette année encore, dans un marché qui n’a plus les pieds sur terre depuis bien longtemps.

Le millésime a objectivement toutes les qualités pour devenir un grand, mais qualifions-le simplement d'unique avant de tenter de le ranger dans une case précise, ce qui demandera encore quelques mois, voire quelques années. Tout l'intérêt de l'exercice auquel on se prête durant ces Primeurs ne réside pas tant dans la comparaison que dans la découverte. Aujourd’hui, après dégustation de tous ces vins, nous pouvons affirmer une chose : 2014 est le meilleur millésime produit depuis 2010. Lui sera-t-il supérieur, c’est une autre histoire qui est encore à écrire !

Sylvain Patard, rédacteur en chef de Gilbert & Gaillard

Annabelle Mispelblom-Beijer, journaliste Gilbert & Gaillard.

 

bio-image
Note