Pierce Brosnan : « Quand j’ai les pieds dans la terre, je me sens connecté à mon environnement. »

A 63 printemps et 30 ans après « Remington Steele », le toujours très sémillant acteur irlando-américain n’a rien perdu de ses qualités épicuriennes. La Preuve !

 

Je suis un épicurien qui s’assume totalement. J’aime manger de bons plats préparés avec amour, j’aime fumer de bons cigares en compagnie de personnes capables de débattre sur tous les sujets. Maintenant, j’admets que depuis que j’ai incarné James Bond, les gens ont tendance à croire que je lève le coude facilement. Pourtant, je ne bois que de l’eau. Enfin, presque. De l’eau… copieusement arrosée de Scotch ! C’est bien meilleur entre nous. Hey ! N’oubliez pas que je suis Irlandais. L’eau chez nous, c’est à petites doses ! 

 

On me demande aussi souvent si lorsque je me rends dans des pubs, les personnes accoudées au bar m’offrent des verres de Martini Shaken not stirred ? En fait, c’est surtout  les bartenders qui insistent. Si c’est un gars, je dis « non merci ».  Si c’est une dame derrière le comptoir, je suis courtois, j’engage gentiment la conversation !

 

Sinon, je ne bois pas non plus du vin tous les jours. Un verre, par ci par là, pour me rappeler que je suis un terrien ! Un homme qui aime à la folie tout ce qui provient de la Nature. Je n’ai pas besoin de grand-chose vous savez ! Quand j’ai les pieds dans la terre, je me sens connecté à mon environnement. Cela me vient probablement de mes origines irlandaises. La terre là bas, c’est celle sur laquelle vous allez construire votre maison, mais c’est celle aussi qui va vous nourrir et dans laquelle vous serez probablement enterré ! Je crois qu’il n’y a pas plus grande satisfaction pour un homme que d’être propriétaire d’un bout de terrain ! Cela dépasse le côté « patrimoine ». Ainsi ma femme et moi possédons une petite ferme à Hawaii depuis quinze ans. Elle vient de réaliser un documentaire intitulé « Poisoning Paradise » où elle dénonce la culture des OGM et l’utilisation des pesticides qui se répandent insidieusement dans les sols et vont contaminer la population de Hawaii ! Nous avons aussi une villa à Malibu. Je vis dans cette communauté depuis 1981 et j’ai vu les ravages provoqués par « l’effet de serre » au fil des années et de façon concrète.