Paul Rudd : Dans le vin il aime ce qu’il y a de meilleur !

Avec sa gueule de gendre idéal, ce « beau gosse » a toujours fait léviter les jeunes filles en fleurs et les dames mûres. C’est avec « Clueless », satire sur les riches familles de Beverly Hills qu’il se fait remarquer. Depuis, Paul est devenue une star planétaire en jouant Ant Man, un super héros estampillé « Marvel ».

 

Pour entrer dans le costume  de Ant-Man - très moulant - je ne pouvais pas me permettre une once de graisse ! J’ai donc soulevé de la fonte avec un entraineur, j’ai appris à faire des sauts en arrière et en avant sous la houlette d’un gymnaste et surtout j’ai dû surveiller mon alimentation. Moi, qui ait un appétit d’ogre, j’ai dû me limiter à un régime de… fourmi ! J’ai pris mon entrainement très au sérieux. Au début, c’était difficile de se lever à 6h30 du matin mais une fois que j’ai pris le pli, j’ai trouvé ça super. Bref, j’ai subi un entraînement quasi militaire pendant un an. A l’heure où je vous parle, je travaille encore avec un coach et je fais très attention à ce que je mange. Bien que ça m’arrive d’absorber des féculents (rires). Il m’arrive aussi de boire du vin. Je suis du coup très regardant sur ce que je consomme. Avant je buvais des vins un peu moyens. Mais comme on m’a appris la modération à tous les niveaux, tant qu’à faire autant que je boive ce qu’il y a de meilleur ! Remarquez, c’est peut-être aussi une question d’âge. Plus on vieillit, plus on choisit de déguster des vins qui nous ressemblent. Traduisez : qui ont de la bouteille !

 

Propos recueillis par Frank Rousseau - Février 2019