Naomie Harris : « Le vin, c’est une question de passion, de constance et d’exigence »

 

 

Elle a séduit la critique en interprétant Winnie Mandela dans le drame « Mandela : un long chemin vers la liberté », mais c’est dans la peau de Miss Moneypenny (James Bond) et à l’affiche de « Moonlight » - qui lui vaudra de nombreuses récompenses et citations pour les Oscars, les Golden Globes et BAFTA - qu’elle accédera à la notoriété. Elle sera bientôt au générique « The Third way », une mini-série fantastique dans laquelle elle donne la réplique à son compatriote Jude Law…

 

Il faut que je vous fasse une confidence. Pendant très longtemps, je ne comprenais pas pourquoi des gens pouvaient se passionner pour le vin. Et surtout pourquoi certains d’entre eux dépensaient des fortunes dans des bouteilles. Un jour, j’ai été invitée chez un couple de producteurs qui oeuvraient aussi dans le cinéma. La table qui avait été dressée dans leur salon était une merveille. Toutes les assiettes étaient en porcelaine avec des motifs peints à la main et les verres en cristal finement ouvragés. Il s’avère que j’étais assise à côté d’un gentleman qui visiblement s’y connaissait en grands crus. Comme je suis cash, je lui ai dit que j’étais nulle en matière vin. J’ai même ajouté que j’étais désolée car, à l’évidence, je ne pourrais pas soutenir une conversation sur ce sujet-là. C’est alors que ce monsieur m’a dit : « Au contraire, je trouve cela rafraichissant ! D’ordinaire, je côtoie des gens qui prétendent être des experts alors qu’en réalité, ils n’y entendent rien ! Vous au moins, vous êtes honnête ! Si vous me le permettez et si cela vous intéresse, je serais très heureux de vous délivrer quelques informations précieuses sur le vin ! ». Comme je suis curieuse, j’ai bien sûr dit oui. Tant et si bien qu’après deux heures d’intense conversation avec lui, j’ai plus appris sur le sujet que dans toute ma vie ! Depuis, j’essaie de me former moi-même. Je me rends à des dégustations, je fais des recherches sur le net, je parle avec des cavistes. Mon but, c’est d’apprendre. Du coup, je comprends mieux les personnes qui aiment ce breuvage. Le vin, c’est une question de passion, de constance et d’exigence. Si vous voulez vraiment percer ses secrets, vous ne pouvez pas faire les choses à moitié !

 

 

Propos recueillis par Frank Rousseau, notre correspondant à Los Angeles