Michelle Dockery : « En matière de vin je n’ai pas d’a priori »

 

Connue pour avoir joué le rôle de Lady Mary Crawley dans la série télévisée dramatique Downton Abbey, la jolie Michelle Dockery a appris bien des choses fortes instructives sur le set. Anecdotes…

 

Alastair Bruce, était notre conseiller historique pendant le tournage de « Downton abbey ». Alastair Andrew Bernard Reibey Bruce of Crionaich pour l’état civil est un « Most Excellent Order of the British Empire ». Une fonction, un titre même, qui impose le respect vous en conviendrez. Accessoirement, il est également commentateur pour les plus grandes commémorations monarchiques et religieuses retransmises au Royaume Uni. C’est lui notamment qui avait couvert le Jubilée de diamant de la Reine en 2012, le mariage du Prince William et de Catherine Middleton en avril 2011 mais aussi les funérailles de Lady Di en 1997 et de la Reine mère en 2002 ! Les bonnes manières, le protocole, je peux vous assurer qu’il connaît. Je me souviens qu’un jour sur le set, nous devions jouer une scène où il était question d’un repas fastueux. Cet homme qui est un spécialiste incontesté de l’art de recevoir m’a appris plein de choses. Par exemple, je ne savais pas que lors d’une dégustation de vin, il ne fallait pas remplir le verre à plus d’un tiers. J’ignorais aussi que seul le maître de maison pouvait servir le vin à ses convives. J’ai trouvé ça un peu dépassé mais bon, il paraît que c’est la tradition. Quand je suis chez moi, je ne me pose pas la question. Je me sers moi-même ! (rires). Je n’ai pas de crus préféré sinon. J’aime bien goûter ce qu’on me propose. Pas d’idées arrêtées. Pas d’a priori. Quand je me rends dans un restaurant et que je vois dans le menu un plat qui me donne envie, je passe commande. C’est la même chose pour le vin. Je fais confiance au sommelier ou aux personnes qui m’invitent. Des gens qui s’y connaissent, théoriquement, plus que moi dans ce domaine. Par contre, il y a un truc que je ne supporte pas, c’est lorsque durant une dégustation, un vin présente un goût de bouchon ou manque de netteté, que vous le faites gentiment remarquer et que la personne est offusquée, voire vexé, ou pire, qu’elle ne vous croit pas ! Comme si je n’étais pas capable de faire le distingo ! L’autre truc qui m’énerve, c’est le caviste qui vous pousse à acheter tel vin - soit disant excellent - parce qu’il est en promo alors qu’un mois auparavant, il ne vous en aurait même pas parlé !

 

Propos recueillis par Frank Rousseau, notre correspondant à Los Angeles