Meryl Streep : « Quand je bois du Sancerre, j’entrevois le Paradis ! »

La plus primée des actrices hollywoodiennes nous raconte, non sans une bonne dose d’humour, comment lors du tournage de « Julie and Julia », elle a appris à mieux apprécier le vin. On a bu ses paroles…

 

J’ai appris beaucoup de choses sur le vin pendant le tournage de « Julie and Julia » de Nora Ephron. Par exemple qu’il faut toujours transvaser délicatement les vins jeunes dans une carafe. Un sommelier français m’a expliqué que cela avait pour but de l’oxygéner. Laisser reposer le vin un certain temps est une étape très importante. Depuis que l’on m’a enseigné ça, j’ai investi dans plusieurs types de carafes plus ou moins ouvragées. Le plus important m’a-t-on dit c’est d’en prendre avec des fonds bien plats afin que le vin s’aère le mieux possible !

Qu’est-ce que j’ai appris d’autres en France ? Ah oui, il y aussi un adage de chez vous qui affirme que le meilleur moyen de fidéliser son mari, c’est en lui concoctant chaque jour de bons petits plats et en lui servant un bon vin. La vraie Julia Child, qui était une chef adorée aux Etats-Unis avait, elle, coutume de répéter : « People who don’t like to eat are the most boring people » (Les gens qui n’aiment pas manger sont les plus ennuyeux). Pour ma part, j’ai toujours aimé les épicuriens, ceux qui savent honorer une bonne table, mais il ne faut pas non plus que cela se transforme en orgie alimentaire. A mes yeux, les gens qui mal-bouffent ne valent pas mieux que les frigides de l'estomac et autres sclérosés des papilles ! Ce qui est important, c’est le décorum. Une tranche de foie gras présentée dans une assiette en carton aura toujours moins de charme que si elle est placée sur une assiette en porcelaine finement ouvragée. Idem pour le Champagne. Versé dans un gobelet en plastique, ça tue à coup sûr l’effet romantique.

Moi, je vais vous dire ce qui me fait léviter, c’est un poulet à l’estragon servi avec une petite salade et accompagné d’un bon verre de Sancerre. Quand je bois du Sancerre, j’entrevois le Paradis ! Reste que mon frère est bien meilleur connaisseur que moi. Il lui suffit de fourrer son nez dans un verre de vin pour vous dire sur quel versant de la vigne le raisin a poussé ! (rires) Moi, je suis plutôt quelqu’un qui aime ne pas se tromper. Je prends donc souvent les mêmes vins. Des cabernets. Les gens qui ont du palais me disent que c’est un vin un peu « basic » mais je m’en fiche. Je prends vraiment plaisir à le boire.

 

Rédigé par Frank Rousseau

Le 21/12/2017