Le saviez-vous : comment savoir si un vin est prêt à boire ?

Choisir de conserver un vin requiert un brin de connaissance. Un vin en appellation Bordeaux ne signifie pas vin de garde pour autant ! Votre caviste est la personne la mieux adaptée à vous orienter vers une référence ou une autre en fonction de l'emploi que vous souhaitez faire de votre achat.

 

Voici tout de même quelques astuces pour vous lancer en solo. Le rôle des appellations d'origine contrôlées (AOC) est de garantir la variété, l'authenticité, la qualité et les caractéristiques de l'origine géographique. Elles sont un excellent indice pour vous y retrouver. Généralement, l'exigence qualitative de production va croissant depuis les appellations régionales (AOC Côte du Rhône, AOC Bourgogne Aligoté), les appellations sous régionales (AOC Graves, AOC Bourgogne Côte Chalonnaise), communales (AOC Margaux, AOC Sancerre), ou encore de crus (AOC Corton-Charlemagne, AOC Romanée-Conti). On boira plus rapidement un vin d'appellation régionale qu'un vin en appellation Pauillac qui aura été vinifié selon un cahier des charges sévère permettant de garantir un niveau de qualité suffisant pour assurer une garde moyenne à longue.

 

Cela dit, qualité ne rime pas nécessairement avec conservation et si certains vins bénéficient de la garde, d'autres sont excellents bus jeunes. D'autres paramètres entrent en compte : cépage, type de cuvée, style du vigneron... Le millésime est aussi un élément primordial dans le choix du vin. À Bordeaux, un millésime comme 2013 n'est pas fait pour la garde tandis que l'année 2010 a permis d'élaborer des vins qui pour certains pourront être gardés plusieurs décennies.

 

Retrouvez les commentaires du guide des vins Gilbert & Gaillard.