Le rosé pamplemousse, une belle place au soleil !

 

Chaque année, on voit maintenant ressortir ces boissons en tête de gondole. Kezaco ?

 

Qu’y trouve-t-on ?

 

Précisons tout d’abord que si les bouteilles sont vendues dans les rayons vins de la grande distribution, ça n’en est pas. Sur l’étiquette de VeRy Pamp’, le plus vendu d’entre eux, les ingrédients listés sont : « vin rosé, eau, sucre, sirop de pamplemousse, arôme naturel de pamplemousse, avec autres arômes naturels, E202 » (un classique conservateur de l’industrie agroalimentaire). Le vin lui, ne doit être issu que de raisins.

 

Mixer du vin avec d’autres choses ? Une recette ancienne

 

Le monde antique buvait son vin coupé ou en tout cas aromatisé (miel, épices, eau de mer…). Les Gaulois furent les premiers à boire du vin pur. Pour cela - entre autres raisons - ils étaient considérés comme des barbares. Mais cet usage de vin additionné d’autres ingrédients n’a jamais disparu (Kir, Sangria, Kalimoxto…).

 

Qui le produit ?  

 

C’est le groupe Castel frères, qui fabrique VeRy Pamp ‘ depuis 2011 dans la région nantaise. Ce qui explique qu’on trouve cette boisson dans tous les magasins Nicolas dont il est propriétaire. Mais cette tendance fonctionne si bien, que beaucoup d’autres s’y sont mis (les sirops Monin se sont par exemple associés avec un autre industriel pour faire TwentyWine).

 

Est-ce bon ?

 

Au nez on pense à un Kir déjà préparé. Si le pamplemousse est présent, on sent aussi de la pêche et surtout de la fraise bien mûre écrasée. En bouche le fruité est très marqué, mais ça tend au sucre. Et c’est toujours la sucrosité qui domine en fin de bouche. (On ne trouve guère l’amertume noble d’un pamplemousse rose, ni son acidité).

 

Qu’en penser ?

 

A 3.50 € la bouteille de 75 cl, il faut relativiser. Le produit vise très clairement un public ne connaissant pas le vin (jeunes consommateurs, acheteurs de premier prix) ; le sucre et les arômes ajoutés font un masque facile. Il y a tellement de vins rosés médiocres (et bien plus chers) qu’on comprend rapidement que ce type de boisson aromatisée puisse se faire une place au soleil. Mais il y a aussi de plus en plus d’excellents vins rosés. Et là, la diversité aromatique, les équilibres fruits/amer/acide, la fraîcheur en bouche sont sans commune mesure avec ce qui reste… un sirop industriel.

 

Prochaine épisode : Les vins rosés naturellement doux.