i

Le phylloxera, petit mais costaud !

Le phylloxera est un insecte piqueur arrivé clandestinement en Europe depuis l'est des États-Unis à la fin du XIXe siècle. Signalé pour la première fois en France en 1863, il colonise rapidement tout le vignoble européen et le décime dans son intégralité en quelques années.

 

Il existe deux types de phylloxera, l'un s'attaque aux feuilles, l'autre au bois en provoquant l'arrêt de croissance et en proliférant jusqu'à entraîner à terme la mort du cep. Pendant des années, les chercheurs ont eu recours aux méthodes les plus pointues pour l’éradiquer, mais à ce jour il n'existe aucun pesticide efficace pour en venir à bout.

 

Au début du XXe siècle, les producteurs ont de fait cultivé et vinifié des cépages américains et des hybrides (américains + européens), sans grand succès. Si la vigne américaine est résistante, les vins qu'elle produit sont peu appréciés des palais européens, en raison de leur caractère "foxé", expression qui fait référence à leur goût de pisse de renard...

 

C'est finalement au début du XXe siècle que les premiers essais de greffes de cépages européens sur des porte-greffes américains se révèlent être un succès.

 

Aujourd'hui, l'immense majorité du vignoble européen est greffé sur des hybrides de porte-greffes américains résistants au phylloxera et de variétés européennes. Il est à noter que de rares vignobles ont échappé aux ravages du phylloxera comme certaines régions d'Australie, Chypre et le Chili, le vilain puceron ne supportant pas les sols sableux. On peut aussi citer quelques exceptions comme la parcelle pré-phylloxérique nacional de Quinta do Noval dans la vallée du Douro.