i

Le colombard

Ce cépage est également appelé colombar, Colombier en Gironde, french colombard en Californie, colombié à Jonzac, queue tendre à Saint-Palais (Charente) et au nord de la Gironde.

 

Origine : c’est un cépage de cuve blanc essentiellement issu du vignoble charentais.

 

Superficie plantée :

            En France : 6 740 ha

            Dans le monde : 43 000 ha

 

Zones de culture :

En France, le colombard est surtout cultivé dans la région des borderies (Charente) mais également dans les autres départements du sud-ouest (Gironde, Dordogne, Gers, Landes, Pyrénées-Atlantiques), des Charentes et du Languedoc. Par ailleurs, il est autorisé en Corrèze, en Vendée et dans les Deux-Sèvres.

Dans le monde, il est très cultivé en Californie (18 633 ha) où il occupe la deuxième place derrière le chardonnay. On le trouve aussi au Texas, en Afrique du sud (10 754 ha), en Australie (1 231 ha) et au Mexique (1 900 ha)

 

Remarque  : dans ces régions, il entre dans l’élaboration des A.O.C. Cognac et Armagnac ainsi que Pineau des Charentes.

Il a souvent été confondu dans le passé avec le sémillon.

 

Terrains : le colombard réussit bien sur les sols crayeux et argilo-crayeux de la Charente.

 

Type de vins : ce cépage donne des vins blancs secs qui, lorsque les rendements sont trop importants, sont acides, peu alcooliques et souvent verts.

 

Arômes principaux : on note des arômes de fruits blancs tels que la pêche, la poire, ainsi que des parfums de fleurs blanches.

 

Accords mets – vins : terrines de poissons, crustacés.