i

Le cognac touché au coeur

1500 hectares de vignes touchés, 500 fortement impactés : c’est le triste bilan de l’épisode de grêle qui a frappé le vignoble charentais le 22 juillet dernier, réplique à l’épisode du 27 mai, qui avait affecté 5500 hectares.

 

L'épisode, bref et violent, en fin d'après-midi, a touché les communes de Juillac-Le-Coq, Verrières, Ambleville, Angeac-Champagne et Segonzac, au cœur de la Grande-Champagne, le cru le plus prestigieux du vignoble du Cognac.

 

« Le fait inédit pour ces deux épisodes de grêle, nous explique Patrice Piveteau, Directeur Général et Maître de chai du Cognac Frapin (Segonzac), c’est leur caractère vraiment surprenant. Rien n’avait été annoncé par les prévisions météorologiques, ce qui a empêché d’anticiper la mise en place des systèmes anti-grêle. Notre vignoble, qui se situe sur le côté de l’épicentre où tout a été dévasté, a subi des dommages sur une partie seulement, il n’y a donc pas d’incidence majeure sur la récolte à venir. Soixante hectares sur 240 que représente la totalité de nos vignes ont été touchées, soit 15 % de la récolte environ. De plus, les grêlons, petits et nombreux, n’ont pas détruit les bourgeons ni éclaté les bois, ce qui permet d’espérer une petite récolte sur les vignes grêlées également ».