Le Château de La Chaize entre dans le giron du groupe Maïa

250 hectares dont 99 de vignes classées en Brouilly, des jardins à la française signés Lenôtre et une bâtisse sorti tout droit de l'imagination de Jules Hardoin-Mansart, duo à qui l'on doit le château de Versailles... Difficile de résister aux charmes de La Chaize.

Après avoir appartenu pendant 341 ans à la famille Roussy de Sales, le château situé à Odenas a changé de mains au début de l'été, pour entrer dans le giron du groupe Maïa. Montant estimé de la transaction : entre 15 et 30 millions d'euros, du jamais vu dans le Beaujolais.

A la tête de l'entreprise lyonnaise depuis 2002, Christophe Gruy compte bien redonner un coup de jeune au château de La Chaize. Des chais à l'architecture d'intérieur, aucun recoin du domaine n'échappera aux travaux de réhabilitation prévus les cinq prochaines années, doublant ainsi le montant initial de l'investissement. L'homme d'affaires, un temps soupçonné de vouloir transformer les lieux en hôtel de luxe, à l'instar de la Villa Maïa qui domine le vieux Lyon, a nié tout projet d’hôtellerie dans les colonnes du Progrès. Il y affirme au contraire sa volonté d'en faire un domaine viticole incontournable, en commençant par convertir le vignoble au bio. Emmenée par son neveu Boris Gruy, la restructuration devrait prendre une quinzaine d'années. De quoi offrir aux crus du Beaujolais une locomotive de luxe et attirer, sans doute, de nouveaux investisseurs dans cette région encore très morcelée.

 

Rédigé par Alexandra Reveillon

Le 19/10/2017