i

Justin Timberlake : « La trilogie du bonheur c’est golf, musique et vin »

Dans « Trolls », long métrage d’animation, l’artiste prête sa voix à une sorte de farfadet qui contrairement à ses semblables aime la solitude et déteste les témoignages d’affection. A l’inverse, Justin Timberlake a toujours revendiqué une indéniable propension pour les bonnes et belles choses dont le vin...

Boire un verre avec un ami ou une connaissance, c’est le meilleur moyen de sociabiliser. Je me souviens que la plus grosse dépense que j’ai effectué le jour où j’ai vendu douze millions d’albums, c’est une caisse de grand Bordeaux. Je venais juste de payer mon astronomique facture de téléphone – il est vrai que j’appelais la terre entière à n’importe quelle heure – bref, je voulais quelque part oublier cette douloureuse ! Je pense aussi que je voulais impressionner mes amis et je dois dire que ce vin a fait son petit effet ! Vous savez, il y a trois choses qui me passionnent dans la vie : le golf, parce que cela me permet d’évacuer les mauvaises toxines ; la musique, parce que cela me procure un plaisir immédiat ; et les bons vins parce que cela fait du bien par où ça passe ! Le vin comme vous le savez est un antioxydant. Et je ne sais plus qui a écrit que c’était aussi un aliment thérapeutique et une source de longévité. La seule chose qui me déplait à propos du vin, c’est qu’un jour j’ai fait tomber une bouteille de rouge et qu’il a salopé toute ma moquette ! (rires).