Diane Warren : Le bordeaux l’aide à trouver l’inspiration

Surnommée la « Reine de la ballade », on doit à cette actrice-compositrice américaine oscarisée l’écriture de quelques tubes plus que marquants. Aretha Franklin, Whitney Houston, Beyoncé, Britney Spears ou bien encore Céline Dion, on ne compte plus les stars qui peuvent lui dire « Thank you very much ». Quel est son secret pour ne jamais rester en carafe… Justement les carafes et les bons crus !

 

Quand j’écris une chanson, je dois aller puiser dans toutes mes émotions. Pour cela, j’ouvre une bouteille de Bordeaux et je le verse dans une carafe de décantation. J’attends le temps nécessaire, puis je laisse couler le précieux breuvage dans un verre à pied en cristal tout en regardant le paysage. De mon salon, j’ai eu une vue magnifique sur un terrain boisé. La nature m’entoure et j’ai le sentiment de vivre dans une sorte de cocon vert ! J’adore voir les arbres jouer avec le vent. J’aime l’idée de fusionner avec tout ce qui me rappelle mon côté animal. Cela m’inspire. Je ne suis pas une experte en œnologie mais plusieurs cavistes m’ont suggéré qu’un bon vin ne pouvait être apprécié que lorsqu’il est bien aéré, bien oxygéné. J’ai toujours suivi leurs conseils à la lettre. Des carafes, j’en ai d’ailleurs une bonne quinzaine à la maison. De toutes les formes, de toutes les tailles et en provenance des Etats-Unis, d’Espagne, de France et d’Italie. Je trouve que c’est un bel objet. Une œuvre d’art pour certains modèles soufflés à la bouche et travaillés par des artisans d’exception. Justement, récemment, j’ai malencontreusement cassé une de mes carafes ! J’étais inconsolable. Pour me réconforter, je me suis immédiatement rendue dans ma cave et je me suis ouvert un grand cru de 1960 !  Cela n’a rien changé pour ma carafe, mais je me suis rendu compte que ce vin d’un âge vénérable, m’a permis de retrouver le sourire !

 

Propos recueillis par Frank Rousseau, notre correspondant à Los Angeles