i

Des filets contre la grêle ?

La grêle est un des pires fléaux pour la vigne. Un fort épisode peut, en quelques instants, réduire à néant une année entière de travail méticuleux du vigneron. Pour pallier le risque, qui va croissant, les filets entrent dans l’arsenal des mesures.

 

Pluie de grêlons au Château Paloumey

Dans le Haut-Médoc, le 15 juillet s’annonçait difficile, mais l’ampleur du phénomène a surpris Pascal Lamarque, le Directeur technique du Château. Feuilles et grappes déchiquetées, la vigne est à ce jour touchée de 60 à 80% sur ses 24 ha nous dit-il. Depuis 24 ans qu’il est là, Pascal n’avait jamais vu ça.

L’épisode de grêle précédent (le 26 mai) les avait épargnés, mais n’était passé qu’à 300 m. Plus les dégâts sont tardifs (proches de la vendange) et plus ils entraineront des conséquences sur la qualité et la quantité de raisins récoltés. Pour autant, les quelques semaines qui restent suffiront peut-être à la vigne de Paloumey pour se ressaisir. Heureusement, les plants qui ont déjà 25 à 30 ans, n’ont pas fait l’objet d’une vendange en vert (une pratique qui consiste à retirer quelques grappes de jeunes raisins pour que la plante concentre son énergie dans celles qui restent). On peut donc encore espérer que la vigne développe un peu plus les grappes qui subsistent. Mais le manque d’eau qui se fait ressentir n’aide pas vraiment !

Au Château Paloumey, la vendange est assurée contre la grêle (mais pas contre le gel). Un choix coûteux, mais qui s’avèrera probablement judicieux pour 2018.

 

Les filets deviennent possibles

Utilisés de longue date pour les productions de fruits, les filets de protection étaient à ce jour interdits pour les vins français de qualité (les appellations). Ne modifient-ils pas trop l’ensoleillement des grappes ? Permettent-ils à l’air de circuler suffisamment ? (C’est souvent nécessaire à l’état sanitaire des raisins). Sont-ils acceptables visuellement dans les vignobles où l’œnotourisme est en pleine croissance ? Bref, n’entrainent-ils pas une modification des terroirs ? Non a répondu en juin l’INAO. La réponse est basée sur 3 années de tests effectués essentiellement en Bourgogne (Chablisien). La région qui a beaucoup souffert de la grêle ces dernières années, est en effet fort demandeuse de solutions.

Il revient maintenant à chaque appellation d’entériner cette décision pour que le vigneron puisse installer des filets. L’autorisation porte sur des protections installées le long des vignes, et non au-dessus. Elles permettent toutefois un certain travail de la vigne (taille du feuillage, traitements, travail des sols…) mais ont bien sur un coût.

Pascal Lamarque en installera-t-il au Château Paloumey ? «C’est possible, nous allons en discuter avec le propriétaire du Château» nous dit-il.

 

Rédigé par Alain Echalier

Le 12/08/18