i

Crémants d’Alsace : augmentation vertigineuse de l’export

Les crémants bénéficient de l’engouement mondial pour les vins effervescents. Partout les consommateurs sont de plus en plus demandeurs. En Alsace, la croissance est impressionnante !

 

Quelques chiffres :

 

En 2015, le Comité Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA) indique que 207 millions de litres ont été commercialisés. Par rapport à 2005, c’est 35 % de plus, avec une progression continue.

 

L’export a suivi, et même dépassé cette tendance. L’année dernière, 54 millions de litres de Crémants d’Alsace ont été exportés (soit plus de 26 % de la production totale), pour un chiffre d’affaire de 29 millions d’euros (prix constatés à l’export par les douanes). Il y a 10 ans, seuls 18 % étaient exportés.

 

Trois pays représentaient en 2015 les 2/3 de cet export. Deux d’entre eux, limitrophes, se taillent la part du lion : la Belgique (34 % de l’export) et l’Allemagne (29 %). Enfin, les États-Unis, où l’engouement pour les vins toutes catégories confondues ne cesse de se confirmer, représentaient 9 %.

 

Pourquoi un tel succès ?

 

Si ces excellents chiffres réjouissent les plus de 500 opérateurs (vignerons ou maisons de négoce) de ces vins, plusieurs raisons peuvent être évoquées.

 

Certes ces Crémants surfent sur l’appétit mondial, nous l’avons dit, pour les effervescents. (Champagne, Prosecco, Cava…, partout les tendances sont à la hausse). Mais les Crémants Alsaciens ont certains atouts.

 

La méthode de fabrication, « traditionnelle », est qualitative : l’effervescence est obtenue avec une deuxième fermentation en bouteille d’au moins 12 mois, parfois plus. De plus en Alsace, les Crémants peuvent utiliser 6 cépages distincts, soit en assemblage soit en mono-cépage. Si le Pinot blanc est le cépage le plus utilisé, cette diversité (chardonnay, pinot noir, mais aussi pinot gris, riesling, ou auxerrois) est attrayante.

 

Enfin l’Alsace, avec son climat quasi continental à l’est des Vosges, propose des Crémants avec une très belle fraicheur. (Grâce notamment à l’alternance journées chaudes-nuits fraîches pendant la maturation des raisins).

 

Cette qualité, généralement couplée à des prix très abordables, est d’ailleurs reconnue depuis de nombreuses années par les professionnels (comme dans les concours des meilleurs effervescents du monde).

 

C’est donc bien sur cette carte qualitative que les Alsaciens vont continuer de miser dans la compétition mondiale.