i

Le vignoble bourguignon est un véritable puzzle viticole dont la connaissance demande à la fois temps et patience. Ce guide vous offre la méthode et les outils pour vous y retrouver entre appellations, climats, premiers crus et grands crus, ainsi qu’une carte générale de localisation des appellations. Dans ce vignoble très riche, seuls quelques grands ensembles paraissent dissociables les uns des autres, mais avant de les évoquer, voici quelques traits généraux.

 

 

La diversité du vignoble bourguignon est telle qu’elle rend impossible toute généralisation, tant sur le plan de la géographie, des appellations, des climats, de l’exposition, de la perméabilité des sols ou de leur structure… Une gageure, tant les personnalités des vins peuvent sembler différentes.

Deux autres généralisations paraissent plus aisées, elles concernent les influences climatiques et les chiffres globaux du vignoble : la Bourgogne est à la fois soumise à des entrées maritimes venant de l’Ouest, qui ont perdu déjà une grande partie de leur humidité sur les massifs du Morvan, et continentales dominées par les vents du nord, particulièrement froids et secs, qui ont la réputation d’agir sur le bon état sanitaire de la vigne. Une vigne dont la surface de production avoisine les 26 000 ha soit environ 6 % du vignoble français, sur 3 départements : Yonne 6 200 hectares, Côte-d’Or 9 550 et Saône-et-Loire, 10 950. Côté cépages, le vignoble bourguignon se résume à trois grands incontournables et quelques seconds rôles.

Les vins rouges sont majoritairement issus du pinot noir, le cépage noble bourguignon par excellence et les blancs du chardonnay, voire, pour le bourgogne aligoté, le plant éponyme. Mention spéciale mais plus confidentielle, dans l’Yonne, pour les vins rouges de l’Auxerrois, issus entièrement ou partiellement, de cépage césar, voire de tressot (quasi disparu). Au nord de la Côte-d’Or et dans l’Yonne, les cépages sacy, pinot blanc et melon participent aux assemblages du crémant de Bourgogne. Le sauvignon, loin de ses terres d’élection, est utilisé à Saint-Bris-le-Vineux (Yonne). Ce décor général planté, détaillons les grandes entités géographiques du vignoble bourguignon depuis ses extrémités septentrionales jusqu’aux limites nord du Beaujolais rhônalpin.

 

LE CHABLISIEN : les vins de Chablis sont entrés dans la légende des grands vins français, souvent imités, jamais égalés. Qu’il s’agisse des Grands Crus  (au nombre de sept), des  premiers crus (une quarantaine) ou des chablis « génériques et petits chablis. Tous ces vins ont un point commun : ils sont tous issus du cépage chardonnay, qui trouve ici sa terre de prédilection, c’est-à-dire des marnes argilo-calcaires du kimméridgien. Seul bémol à ce tableau apparemment idyllique : des conditions climatiques âpres, soumises à de fréquentes gelées en hiver et au printemps. Ce sont pourtant ces conditions qui confèrent aux chablis un caractère bien trempé, tout comme à ses voisins géographiques  de l’Auxerrois et du Tonnerrois.

 

Car, le vignoble nord bourguignon n’est pas uniforme. Le premier ensemble, l’Auxerrois - s’illustre par l’Irancy (sud d’Auxerre) un vin rouge issu de pinot noir et de césar, un cépage autochtone, ou le Saint-Bris, jeune A.O.C. (janvier 2003), issue de sauvignon, donnant des vins frais et fruités. A l’est du Chablisien, le second, le Tonnerrois, s’enorgueillit de son épineuil, rouge de pinot noir fruité. Au nord et au sud de ce vignoble, la Côte Saint-Jacques près de Joigny (au nord d’Auxerre) et le Vézelien (à Vézelay, au sud d’Auxerre), produisent aussi des vins dignes d’intérêt.

 

LA CÔTE DE NUITS : fins et complexes, voilà les deux grandes qualités des vins de la Côte de Nuits. Pour n’en citer que quelques-uns, parmi les plus fameux : Chambertin, Clos-Saint-Denis, Bonnes Mares, Clos de Tart, Musigny, Grands-Échezeaux, Clos de Vougeot, Richebourg, Romanée-Conti…. Des portes de Dijon au nord, jusqu’à la commune de Corgoloin, la Côte de Nuits n’est qu’une impressionnante litanie d’une vingtaine des plus grands crus et fleurons du vignoble français. Recouvrant au bas mot 99 % des surfaces, le pinot noir domine ici largement les sols mixtes locaux, composés de calcaire à entroques et de marnes du Bajocien plus ou moins recouverts d’éboulis pierreux. D’ailleurs, sur ces sols atypiques, aucun grand blanc n’a jamais vu le jour.

 

LA CÔTE DE BEAUNE : Corton-Charlemagne, Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Montrachet…La côte de Beaune prend ici sa revanche du côté blanc, affichant sept grands crus sur huit en chardonnay, pour un seul en rouge et blanc, le fameux Corton. De Ladoix, appellation et néanmoins hameau de la commune de Ladoix-Serrigny au nord de Beaune, à Maranges, aux portes septentrionales de la Saône-et-Loire, la Côte-de-Beaune égrène ses grands crus sur des sols marneux et calcaires de l’Oxfordien moyen et supérieur, pour produire, surtout au niveau des communes de Chassagne-Montrachet et de Puligny-Montrachet, quelques-uns des plus grands blancs du Monde.

 

LA CÔTE CHALONNAISE : après Chagny, la Côte s’élargit, se diversifie, se ramifie, prend de l’ampleur… Elle respire, tout simplement. Sur pas moins de 25 kilomètres sur sept, elle s’articule autour de quatre A.O.C : Rully, Mercurey, Givry et Montagny (cette dernière uniquement en blanc), qui, avec les appellations Bourgogne Aligoté et Bouzeron (une appellation communale issue aussi de l’aligoté), portent hautes les couleurs de la Côte Chalonnaise.

 

La nature des sols est ici très largement jurassique : argilo-calcaire sur la vallée de la Dheune, ce qui constitue un terrain inespéré pour que le cépage chardonnay s’exprime amplement ; ou à calcaires bruns pour le pinot noir. Enfin, une petite précision pour l’anecdote, l’A.O.C Crémant de Bourgogne, commune à toute la Bourgogne est native de Rully (en Saône-et-Loire).

 

LE MÂCONNAIS : s’étirant de Saint-Gen-goux-le-National aux portes nord du Beaujolais, le Mâconnais peut être scindé en deux ensembles : au nord, les appellations “sous-régionales” de vins primeurs blancs (au cépage chardonnay) et rouges (au cépage gamay) : Mâcon, Mâcon Supérieur, Mâcon-Villages, au milieu desquelles se trouvent quelques A.O.C communales comme Mâcon-Loché, Mâcon-Prissé, Mâcon-Fuissé, Mâcon-Cruzille et Viré-Clessé. Au sud, se trouve le second de ces deux ensembles : il s’agit des autres appellations communales, productrices de grands vins blancs comme les Saint-Véran et autres Pouilly-Fuissé, Pouilly-Loché et Pouilly-Vinzelles.

 

Terre de transition, le Mâconnais subit tantôt des influences continentales, marquées par quelques jours de gel, tantôt des influences méditerranéennes, avec un bon ensoleillement et des précipitations moyennes. Juste ce qu’il faut en réalité pour que les sols, globalement argilo-calcaires, distillent leurs bienfaits avant de faire place aux granites du haut Beaujolais.

 

TYPES DE VINS : difficile de résumer la pluralité des arômes des vins bourguignons, quand se côtoient au sein d’un même vignoble les plus grands crus et les vins génériques. Pour résumer très succinctement, le pinot noir délivre des arômes de fruits rouges d’une grande qualité et possède une remarquable élégance d’expression. Les blancs manifestent tantôt une grande souplesse et tout autant de complexité dans les grands crus (Chablis, Meursault…), tantôt une belle fraîcheur, faite de grâce et de simplicité (aligoté, mâcon-villages, bourgogne chardonnay…). Les arômes variétaux du chardonnay expriment la noisette et les fleurs des champs. Les crémants peuvent s’avérer remarquables s’ils sont issus de vignes sur terroir calcaire.

 

LES APPELLATIONS BOURGUIGNONNES

 

Aloxe-Corton A.O.C.

 

Présentation : appellation communale de la Côte de Beaune s’étendant sur la commune du même nom et sa voisine Ladoix-Serrigny. La production est presque exclusivement constituée de vins rouges issus du pinot noir. 0.5 ha sont toutefois plantés en blanc. Les sols sont constitués de marnes blanchâtres et de calcaires bruns ou jaunâtres du Callovien ou du Bathonien supérieur.

 

Auxey-Duresses A.O.C.

 

Présentation : appellation communale de la Côte de Beaune située à mi-chemin entre Meursault et Saint-Romain. Dans le passé, une majorité de la production était vendue sous le nom de Côte de Beaune-Villages. L’aire d’appellation est ceinturée de collines. Il convient d’y distinguer les sols à vins rouges (argilo-calcaires) et les sols à vins blancs (marno-calcaires).

 

Bâtard-Montrachet Grand Cru A.O.C.

 

Appellation Grand Cru de la Côte de Beaune situé sur les communes de Puligny-Montrachet 6.02 ha) et de Chassagne-Montrachet (5.85 ha), soit un total de 11.87 ha. Le chardonnay est cultivé sur des sols argilo-calcaires riches en cailloux et en argile. Les bâtard-montrachet sont des vins blancs riches, capiteux, fermes, aux parfums d’amande, d’aubépine et de miel. On peut les accommoder avec des poissons en sauce, des crustacés.

 

Beaune A.O.C.

 

Présentation : Beaune est l’appellation communale la plus étendue de la Côte d’Or. Elle est connue pour la célèbre vente des Hospices, qui se tient à la fin du mois de novembre. Véritable thermomètre de la situation viticole en Bourgogne, les résultats de la vente sont utilisés pour alimenter les caisses du centre hospitalier. La majorité du vignoble s’étend à flanc de coteaux sur des sols calcaires bruns mêlés par endroits d’argiles ou de sables.

 

Bienvenues-Bâtard-Montrachet Grand Cru A.O.C.

 

Grand Cru de la Côte de Beaune situé sur la commune de Puligny-Montrachet,  produisant uniquement du vin blanc à base de chardonnay. L’appellation compte seulement 3.69 ha. De par sa qualité et ses caractéristiques, il ressemble beaucoup au bâtard-montrachet dont il constitue le prolongement oriental. Ce n’est que depuis les années 50 que l’on distingue bâtard-montrachet, bienvenues-bâtard-montrachet et criots-bâtard-montrachet.

 

Blagny A.O.C.

 

Présentation : seule appellation communale de Bourgogne qui ne porte pas le nom d’une commune. Blagny est en effet un hameau situé à cheval entre les territoires de Meursault et de Puligny-Montrachet. L’appellation Blagny ne concerne que les vins rouges. Les vins blancs prennent l’appellation Meursault ou Puligny-Montrachet.

 

Bonnes-Mares Grand Cru A.O.C.

 

L’essentiel des 15 ha du vignoble est situé sur la commune de Chambolle-Musigny en Côte de Nuits mais les parcelles les plus septentrionales sont sur Morey-Saint-Denis. Plus d’une quarantaine de propriétaires se partagent le cru. Le sol est composé d’une fine couche de calcaire sur un substrat calcaire du Jurassique. L’ensemble est allégé par des cailloux et des graviers. Les vins rouges sont robustes, puissants, denses, fins. Ils sont reconnus pour leur longévité. D’une robe pourpre, ils ont des arômes épicés, des notes animales et des nuances de sous-bois. A apprécier sur tournedos chasseur, canard aux truffes, gibier.

 

Bourgogne A.O.C.

 

Présentation : l’AOC  Bourgogne regroupe l’ensemble des vins originaires de toute l’aire d’appellation Bourgogne. Au sein de cette A.O.C. régionale, seul le pinot noir est autorisé. Toutefois dans l’Yonne,  il est possible d’utiliser le césar et le tressot, vieux cépages traditionnels mais devenus très rares.

 

Bourgogne Chitry : vignoble situé au sud-est d’Auxerre en limite de la zone de production du Chablis sur la commune de Chitry. Les sols sont composés de marnes calcaires du Kimmeridgien. Les vins rouges, élégants et fruités, se dégustent avec une viande rouge grillée ou rôtie, du canard, un sauté de veau, un bœuf bourguignon. Les blancs, généreux et ronds, sont parfaits avec une volaille à la crème, un crustacé ou un poisson en sauce.

 

Bourgogne Côte d’Auxerre : Le vignoble se situe au sud-est d’Auxerre sur les communes d’Auget, Quenne, Saint Bris le Vineux , Vincelottes, et sur le lieu-dit de Vaux à Auxerre. Les rouges sont amples avec des tanins fins et des parfums de framboise et de griotte. Les blancs sont gras et fins avec des arômes de noisette et de fleurs.

 

Bourgogne Côte Saint-Jacques : Ce vignoble situé à au nord-ouest d’Auxerre, sur des coteaux exposés sud, sud-est surplombant l’Yonne, concerne la commune de Joigny dans le département de l’Yonne. C’est le vignoble le plus septrentrional de Bourgogne. Une vingtaine d’ha seulement sont déclarés chaque année. 

 

Bourgogne Coulanges-la-Vineuse : Coulanges la bien nommée, au sud d’Auxerre, a donné son nom à ce vignoble réparti sur les communes de Charentenay, Coulanges La Vineuse, Escolives-Sainte Camille, Jussy, Migé, Mouffy et Val de Mercy dans le département de l’Yonne.

 

Bourgogne Epineuil : L’aire de production se situe au nord-est de Chablis aux environs de Tonnerre sur la commune d’Epineuil. Sur des sols argilo-calcaires, les rouges sont des vins tanniques et élégants qui peuvent se garder. A déguster sur une viande rouge ou une volaille rôtie, une blanquette de veau. Les blancs, fruités et tendres, conviennent à des poissons.

 

Bourgogne Tonnerre : vignoble situé au nord-est de Chablis, à l’intérieur de parcelles des communes d’Epineuil, Dannemoine, Junay, Molosmes, Tonnerre et Vézinnes dans le département de l’Yonne.

 

Bourgogne Vezelay : autour de la célèbre basilique dont la fréquentation touristique lui assure un débouché naturel,  cette appellation concerne les communes d’Asquins, Saint Père, Tharoiseau et Vézelay dans le département de l’Yonne. Une centaine d’hectares  lui est consacrée.

 

Bourgogne aligoté A.O.C.

 

Présentation : appellation régionale produite dans l’ensemble de l’aire de production de la Bourgogne, elle doit son nom au cépage aligoté. C’est surtout dans la Côte chalonnaise que les aligotés sont élaborés.

 

Types de vins : les bourgognes aligoté sont légers, vifs, nerveux, souples, fins, frais et moyennement charpentés avec une dominante acidulée. Ils offrent une couleur or blanc aux reflets verts et exhalent des parfums de raisin, de pomme verte, de vanille et de citron. A déguster sur charcuterie, poissons frits ou grillés, escargots, sandre au four, fromages de chèvre.

 

Bourgogne clairet A.O.C.

 

Ces vins rosés peuvent être produits dans toute l’aire de production de la Bourgogne. Ce sont des vins rosés  fruités et souples. Ils sont soumis aux mêmes règles de production que l’A.O.C. Bourgogne. Le pinot noir y est exclusif sauf dans l’Yonne où on peut lui adjoindre césar et trousseau.

 

Ils sont à déguster avec des grillades et de la charcuterie.

 

Bourgogne Côte chalonnaise A.O.C.

 

Présentation : 44 communes de Saône-et-Loire peuvent prétendre à cette appellation : canton de Buxy (18 communes), Chagny (11 communes), Givry (12 communes) et Mont Saint Vincent (3 communes). Une distinction créée en 1993 pour offrir aux producteurs exclus des A.O.C. de la région (Mercurey, Givry, Rully et Montagny) leur appellation propre. Les conditions de production sont les mêmes que pour l’A.O.C. Bourgogne.

 

Bourgogne Hautes  Côtes de Beaune A.O.C.

 

Présentation : l’importante dénivellation qui sépare la « Montagne » bourguignonne et la plaine de la Saône ne se limite pas à la Côte de Beaune et à son prolongement septentrional, la Côte de Nuits. En retrait, et à des altitudes plus élevées, se trouvent ce que l’on appelle les Hautes Côtes, ensemble très morcelé où la vigne, entre 300 et 450 mètres, est implantée de longue date. 22 communes du département de la Côte d’or et 7 de la Saône et Loire ont droit à cette appellation.

 

Bourgogne Hautes Côtes de Nuits  A.O.C.

 

Présentation : les Hautes Côtes de Nuits, prolongement vers le nord des hautes Côtes de Beaune, concerne 17 communes de la Côte d’Or étalées de Dijon aux Maranges. Les vignes sont complantées de pinot noir et de chardonnay. Bien que produits en altitude, ces vins bénéficient d’une excellente exposition et de sols propices.

 

Bourgogne Ordinaire et Bourgogne Grand Ordinaire A.O.C.

 

Ces appellations sont en perte de vitesse. Le vignoble –celui de l’AOC Bourgogne- s’étend sur la Côte d’Or, l’Yonne et la Saône-et-Loire sur environ 340 communes. Les rouges admettent le gamay à côté du pinot noir et ont un degré alcoolique moindre que les A.O.C Bourgogne. A déguster sur  un jambon, du canard au poivre vert… Les blancs provenant principalement de chardonnay et d’aligoté accompagnent les escargots et les rosés, la charcuterie, les grillades, les crudités.

 

Bourgogne Passe-Tout-Grains A.O.C.

 

Présentation : comme son nom l’indique cette appellation, contrairement aux autres AOC bourguignonnes, est le résultat d’un assemblage de plusieurs cépages : au minimum 1/3 de gamay et au maximum 2/3 de pinot noir. Le passe-tout-grains est produit dans l’ensemble de la région de production c’est-à-dire 91 communes dans la Côte d’Or, 154 dans la Sâone-et-Loire et 54 dans l’Yonne. Les meilleurs vins proviennent des vignobles de la Côte d’Or recouvrant la plaine.

 

Bouzeron A.O.C.

 

Présentation : le terroir de Bouzeron occupe le territoire de 2 communes Bouzeron et Chassey Le Camp dans le département de la Saône et Loire. Réputé de longue date pour la qualité de ses aligotés ce terroir a d’abord eu le droit de mentionner son nom sur l’étiquette à côté de Bourgogne aligoté, puis est devenu appellation communale en 1998. Avec Chitry, ce sont les terroirs où sont produits les meilleurs bourgognes aligoté.

 

Chablis A.O.C.

 

Présentation : Chablis est situé aux environs d’Auxerre dans l’Yonne, à mi-distance entre Dijon et Paris. Sur les coteaux de la rivière du Serein, l’appellation a une orientation sud/sud-est. Elle est la plus septentrionale de la Bourgogne et s’étend sur plus de 18 communes. Les vignes reposent sur un sol composé en alternance de marnes et de calcaires du Jurassique (kimméridgien) parsemé de nombreux fossiles marins. Chablis connaît un climat continental avec des hivers rigoureux, des printemps où les gelées peuvent être désastreuses et des étés chauds. Succès commercial oblige, le vignoble de Chablis a connu une grande extension  depuis les années 1960.

 

Chablis Premier Cru A.O.C.

 

L’aire de Chablis s’organise de manière très hiérarchisée. Le cœur du vignoble est composé de sept climats constituant l’appellation Chablis Grand Cru (voir cette appellation) et de la quarantaine de climats classés Chablis Premiers Crus, regroupés en 17 dénominations : Les Beauregards, Beauroy, Berdiot, Chaume de Talvat, Côte de Jouan, Côte de Léchet, Côte de Vaubarousse, Fourchaume, Les Fourneaux, Monts de Milieu, Montée de Tonnerre, Montmains, Vaillons, Vau Ligneau, Vau de Vey, Vaucoupin, Vosgros. Le reste de l’appellation peut revendiquer l’A.O.C. Chablis simple. Enfin, en périphérie, sur des calcaires du Portlandien, s’étend l’appellation Petit Chablis.

 

Types de vins : les chablis 1er cru sont plus charpentés, plus fins aussi, que les chablis simples. Ils sont capables de vieillir 5 à 10 ans. Nombreux sont d’ailleurs ceux qui connaissent un élevage sous bois. On peut les marier avec bonheur avec langouste grillé, homard, poisson en sauce blanche, escargots, fruits de mer, huîtres, fromage de chèvre, blanquette de veau.

 

Chablis Grand Cru A.O.C.

 

Présentation : au sein du vignoble de Chablis, sept climats classés Grand Cru occupent un coteau dominant la rive droite du Serein. Il s’agit de Blanchot (12.2 ha), Bougros 14.35 ha), Les Clos 24.75 ha), Grenouilles (9.10 ha), Preuses (11.05 ha), Valmur (11.90 Ha), Vaudésir (14.45 ha). A noter, le climat La Moutonne, propriété du domaine Long Depaquit, n’est pas un climat classé de l’appellation Chablis Grand Cru mais est toutefois reconnu par l’INAO. Le chardonnay (ici appelé beaunois) bénéficie sur ce coteau, du terroir marno-calcaire caractéristique de Chablis, d’un drainage et d’une exposition remarquables qui expliquent l’étonnant potentiel de ces vins.

 

Chambertin Grand Cru A.O.C.

 

 Appellation grand cru de 13 ha de la Côte de Nuits, sur la commune de Gevrey-Chambertin. La vigne s’étend sur un coteau à pente douce à mi-hauteur, au sud du village de Chambertin sur des sols marneux et marno-calcaires parsemés de petits cailloux. Les vignes sont abritées à l’ouest par les bois. Les vins rouges arborent une robe réglisse, ils sont corpulents, vigoureux, robustes, racés, généreux, complets et de garde. A déguster sur gibier, coq au chambertin, fromage de caractère…

 

Chambertin Clos de Bèze Grand Cru A.O.C.

 

Situé entre Chambertin et Mazis-Chambertin ce vignoble de 15.4 ha est à une altitude supérieure à celle de Chambertin et possède des sols moins profonds. Ils sont sensuels, opulents, fins, ils ont une structure puissante. Ils peuvent accompagner le gibier.

 

Chambolle-Musigny A.O.C.

 

Présentation : le vignoble de Chambolle-Musigny est situé au cœur de la Côte de Nuits. La moitié de la commune est classée en premier ou en grand crus. Les sols sont calcaires avec des cailloutis et de nombreux graviers, ce qui donne au vin une plus grande souplesse.

 

Climats classés en premier cru (env. 150 ha) : Les Véroilles, Les Sentiers, Les Baudes, Les Noirots, Les Lavrottes, Les Fuées, Aux Beaux Bruns, Aux Echanges, Les Charmes, Les Plantes, Aux Combottes, Derrière la Grange, Les Gruenchers, Les Groseilles, Les Combottes, Les Feusselottes, Les Chatelots, Les Cras, Les Carrières, Les Chabiots, Les Amoureuses, Les Borniques, Les Hauts Doix, La Combe d’Orveau.

 

Chapelle-Chambertin Grand Cru A.O.C. 

 

Cette appellation de 5.5 ha est située au nord de la Côte de Nuits sur la commune de Gevrey-Chambertin. Les sols sont un peu plus riches qu’à Griotte-Chambertin. Ce sont les vins les plus fruités parmi les grands crus de Chambertin. Ils sont robustes, virils comme les gevreys, mais ils sont plus fins et plus délicats. Les arômes sont comparables à ceux de Clos de Bèze sans avoir pour autant la grandeur finale. Ils accompagnent les poissons en sauce mais aussi les crustacés, les viandes blanches rôties.

 

Charmes Chambertin Grand Cru A.O.C.

 

Vignoble de 12.3 ha  accolé à celui de Mazoyères-Chambertin. Les sols sont de type marno-calcaire avec une proportion de calcaire très élevée. Les charmes sont moins tanniques, plus ronds et plus légers que les autres grands crus de Chambertin. Ils développent des parfums de violette, de réglisse et des nuances vanillées et boisées. Ils peuvent accompagner le sanglier, le chevreuil ou le faisan. 

 

Chassagne-Montrachet A.O.C.

 

Présentation : située à l’extrême sud de la côte de Beaune, sur les communes de Chassagne-Montrachet  (Côte d’Or) et de Remigny (Saône et Loire), l’aire d’appellation compte 339 ha dont la moitié partagée entre 19 premiers crus. Le chardonnay est implanté sur calcaire blanc argileux au nord-est, le pinot noir sur calcaires marneux au nord-ouest et au sud-ouest.

 

 

Chevalier-Montrachet Grand Cru A.O.C.

 

Ce vignoble de 7.6 ha se situe au-dessus de Puligny-Montrachet et forme une bande horizontale. Les vignes sont plantées sur un sol mince et pierreux de calcaire blanc argileux avec une exposition est et sud-est. On apprécie leur corps, leur fermeté, leur moelleux et leur intensité. Ce qui caractérise avant tout ces vins, c’est leur grande finesse et leur délicatesse. Parés d’une robe or vif, d’arômes de noisette, de miel, d’amande, d’ambre, de fruits exotiques, ils accompagnent le turbot et les poissons en sauce, le homard, les viandes blanches.

 

Chorey-lès-Beaune A.O.C.

 

Présentation : la commune se situe dans le voisinage de Beaune, dans la plaine,  à la hauteur de Savigny sur l’axe Dijon-Beaune. L’appellation ne compte aucun premier cru.

 

Types de vins : Les vins rouges sont largement dominants ; avec des parfums de framboise, de griotte, de cassis, évoluant vers les fruit confits. ils sont légers, souples, fruités, peu acides et peu tanniques. Ce sont des vins plus élégants que tanniques. Ils sont fins et féminins et se dégustent avant dix ans en général sur fricassée de volaille, grillade, gibiers à plumes pas trop relevés ou une pintade rôtie.

 

Clos des Lambrays Grand Cru A.O.C.

 

Situé sur la commune de Morey-Saint-Denis, entre le Clos-Saint-Denis et le Clos de Tart, il s’étend sur 8.8 ha et est comme ce dernier un monopole (propriété d’un industriel allemand). En fait, un quasi-monopole car quelques ares appartiennent à des vignerons voisins. Le cru, situé dans la partie centrale du village occupe une pente marneuse, devenant argilo-calcaire en bas. Ces vins associent puissance et finesse. Ils ont des parfums de truffe, d’humus mais rarement de fruits. Sont parfaits sur des gibiers, des viandes rouges, du vacherin. 

 

Clos de la Roche Grand Cru A.O.C.

 

Avec près de 17 ha, ce grand cru de Morey-Saint-Denis occupe une colline exposée plein est qui surplombe la route qui va de Gevrey à Morey. Les sols calcaires, riches en marnes donnent à ces vins rouges charpente et profondeur. Les vins rouges ont une grande structure, de la profondeur, de la charpente et du corps mais aussi délicats, gracieux avec un fruité important. Sa capacité de vieillissement est l’une des plus importantes de toute la Bourgogne, jusqu’à plus de 20 ans. A déguster sur un gibier, une viande rôtie.

 

Clos de Tart Grand Cru A.O.C

 

Ce clos de 7.5 ha créé en 1141 constitue aujourd’hui un monopole aux mains d’un seul propriétaire (la maison J. Mommessin). Le clos est situé au nord de Morey-Saint-Denis entre Bonnes Mares et Clos des Lambrays. Les sols d’éboulis sont minces  et recouvrent largement le soubassement calcaire. Ces vins rouges exhalent des parfums de fraise, de violette puis d’épices et de sous-bois en vieillissant. De très grande garde, ils sont puissants, robustes, élégants, soyeux et gracieux avec l’âge. Ils ont une structure assez tannique qui s’assouplit avec l’âge. A déguster sur un chevreuil, un gigot d’agneau…

 

Clos de Vougeot Grand Cru A.O.C.

 

Ce grand cru de 50 ha, le plus vaste de la Côte d’Or, est situé sur la commune de Vougeot, au nord de Nuits-Saint-Geoges. Créé par les moines de Cîteaux entre le XIe et le XIVe siècle qui le ceinturèrent d’un mur de pierre, il est aujourd’hui morcelé entre près de 80 propriétaires ! Les sols sont très variés. Sur la partie haute qui jouxte Bonnes-Mares et Grands-Echezeaux, craie légère et graveleuse reposant sur un calcaire oolithique. Au milieu, calcaire plus tendre qui contient de l’argile et des graves. Enfin le bas, est riche en argile alluviale.

 

Le clos de vougeot classique est un vin d’un rouge profond aux arômes de fruits rouges et noirs (cerises, cassis, mûres), de sous-bois et de violette. En vieillissant, il évolue vers la fourrure, la truffe, le musc. Robuste, ferme, vif quand il est jeune, il affiche des tanins fins et une acidité discrète.

 

Généralement, ce sont les parcelles de la partie haute du clos qui donnent les meilleurs vins. Mais compte tenu de la grandeur du vignoble et du nombre de propriétaires, la diversité des vins est grande. A déguster sur un faisan aux pommes.

 

Clos-Saint-Denis Grand Cru A.O.C.

 

Situé sur la commune de Morey-Saint-Denis, entre le Clos de la Roche et le Clos des Lambrays. A l’origine, il ne comptait que 2 ha mais il a été agrandi pour atteindre sa taille d’aujourd’hui : 6,62 ha. Les vins rouges du Clos Saint-Denis présentent une ampleur moyenne mais beaucoup de nuances aromatiques : fruits rouges et noirs, épices, tabac, musc… A déguster sur des volailles, des gibiers. Certains préconisent même le canard laqué !

 

Corton Grand Cru A.O.C.

 

Le grand cru Corton occupe les flancs sud de la colline de Corton qui domine la commune d’Aloxe Corton. Unique grand cru rouge de la Côte de Beaune, il s’étend sur 160 ha dont une centaine sont en production. Voltaire disait de ce vin qu’il préférait le boire en cachette que de l’offrir à ses invités. On y produit également du blanc sur deux hectares. Les cortons ont une robe de couleur sombre avec des parfums de fruits rouges (cassis, cerise), de truffe, de cuir, des nuances d’humus et d’épices. Ce sont des vins puissants, dotés d’une belle acidité, des vins de grande garde, souvent un peu fermes dans leur jeunesse. A déguster sur gibier à plumes ou à poils.

 

Climats pouvant être adjoints au nom de l’appellation : Sur Aloxe-Corton : Les Pougets, Les Languettes, Le Corton, Les Renardes, Les Grèves, Le Clos du Roi, Les Chaumes, Les Perrières, Les Bressandes, Les Paulands, Les Maréchaudes, Les Fiètres, Le Meix Lallemand, Clos des Meix, Les Combes, La Vigne au Saint.

Sur Ladoix-Serrigny : Le Rognet et Corton, Clos des Cortons, Les Moutottes, Les Carrières, Basses Mourottes, Hautes Mourottes, Les Vergennes, Les Grandes Lolières, La Toppe au vert.

 

Corton Charlemagne (et Charlemagne) Grand Cru AO.C.

 

Grand cru d’une cinquantaine d’hectares prolongeant Corton vers l’ouest sur la butte du même nom. Ses climats sont à cheval les communes d’Aloxe-Corton, de Ladoix et de Pernand-Vergelesses. Corton-charlemagne est le seul vignoble portant le nom de deux empereurs. Curtis d’Othon qui a donné Corton et bien sûr Charlemagne. Ce dernier fit don de ses vignes à l’abbaye de Saint-Andoche à Saulieu en 775. Les sols très calcaires, des pentes abruptes orientées sud-ouest et nord-est, un microclimat assurant des températures plus fraîches, sont très propices au chardonnay. L’appellation englobe celle de Charlemagne qui n’est actuellement plus revendiquée.

 

Ces vins blancs à la robe dorée affichent des parfums complexes d’écorces d’agrumes, d’amande fraîche, de cannelle, de noix, de fruits exotiques, de miel, de fruits secs, d’épices (poivre). Les corton-charlemagne sont vifs, frais, amples, riches, onctueux, longs, persistants, intenses, corpulents, complexes et élégants. Ils sont un peu fermes dans leur jeunesse et ont besoin de quelques années pour s’exprimer. A déguster sur homard à l’américaine, poissons crémés, certaines viandes blanches et certains fromages (munster et bleu).

 

Côte-de-Beaune-Villages A.O.C.

 

Présentation : cette appellation peut être revendiquée par toutes les A.O.C. communales de la Côte de Beaune à l’exception de quatre : Aloxe-corton, Beaune, Pommard, Volnay. Les communes concernées ont donc le choix entre leur propre appellation et celle de Côte de Beaune-Villages. Les vignerons peuvent aussi  indiquer le nom de leur village précédé de la mention « Côte de Beaune ».

 

Types de vins : ces vins ont une très grande disparité suivant qu’ils sont récoltés au nord de l’appellation ou au sud. Ceux du nord ont une robe légère avec des arômes élégants, souples, fins, ronds et  des tanins agréables. Ceux du sud ont une robe plus soutenue et une structure tannique plus marquée,