Bette Midler : Êtes-vous sauvignon de Loire ou chardonnay californien ?

 

J’essaie de ne pas trop boire car quand je suis saoule, je mords ! (rires). Avec mon mari, chaque soir, nous nous servons un petit verre de vin blanc ! Ce n’est pas tant le fait d’ouvrir une bouteille qui nous intéresse mais plutôt de nous retrouver ensemble et de nous raconter notre journée en consommant, si possible, un truc qui nous délie la langue ! Nous ne sommes pas trop aventuriers quand il s’agit de choisir un vin ! Généralement, ça tourne autour de sauvignon de Loire ou de chardonnay californien !

A mon âge, on a forcément du recul et surtout la chance d’avoir été conviée dans les plus grands restaurants dans le monde entier. Au cours de ces périples, j’ai pu savourer des crus d’exception. Je me souviens en particulier d’une dégustation de vins dans un monastère du Sud de la France. Les moines ne lâchaient rien sur les secrets de fabrication. J’ai donc essayé de les faire boire, le problème c’est qu’ils tenaient mieux l’alcool que moi. Finalement, c’est moi qui ai fini par leur révéler des tas de choses. J’étais  tellement grisée que je suis sûre que je leur ai donné mon numéro de carte bancaire ou un truc dans le genre. Mais pour en revenir au vin, il était tellement exceptionnel que j’aurai pu entrer dans les ordres !

 Propos recueillis par Frank Rousseau, notre correspondant à Los Angeles