Anteprima Montefalco : 2016 mais pas seulement !

Le trio gagnant de Vignabaldo, dont les vins nous ont particulièrement séduits. De gauche à droite : l’eonologue, Luca Masconi ; l’administrateur, Mattia Casini ; l’agronome Andrea Sansoni.

 

 

 

Cette région de Ombrie - au centre de l’Italie - la seule sans accès à la mer, recèle quelques pépites qui méritent clairement le détour, en rouge comme en blanc. Gilbert & Gaillard y a passé 5 jours pour dénicher les vins les plus intéressants.

 

Sylvain Patard - Photos Gilbert & Gaillard

 

Montefalco est une très jolie ville fortifiée perchée sur un promontoire qui domine toute la région. Sa production de vin est plutôt récente puisque c’est seulement dans les années 1960 que le Sagrantino retrouva ses lettres de noblesse pour redevenir le principal cépage de la zone de Montefalco. Il obtint d'abord l'appellation DOC (1979) et ensuite la DOCG en 1992. Nous avons donc arpenté les collines de Ombrie pendant 5 jours en dégustant des vins de nombreux producteurs et en prenant conscience d’une incroyable diversité de styles. Car outre le Montefalco sagrantino issu à 100% de ce cépage, la région produit des cuvées de rouge, notamment en Montefalco rosso souvent à partir d’assemblage de sangiovese, de sagrantino, de merlot, voire de cabernet.

En ce qui concerne le Montefalco Sagrantino 2016 qui faisait l’objet de l’Anteprima, voici notre palmarès :

1 - Vignabaldo : sombre, profond, brillant. Nez élégant de fruits noirs, de réglisse. Bouche volumineuse avec une incroyable qualité de tanins. Un sagrantino classique dans la construction mais aussi extrêmement moderne dans l’esprit

2 - Lungarotti : fruit croquant, mûr, bouche charpentée avec une belle assise, de la mâche et une incroyable harmonie

3 - Colle Ciocco : robe rubis éclatante. Nez précis, belle qualité de fruit dans un style opulent sans excès. Bouche harmonieuse avec une belle dimension de fraîcheur. Un vin très digeste

 

Paolo Montioni produit des vins d’une grande précision et d’une réelle complexité.

 

4 - Montioni : beau volume en bouche, des tanins, de la mâche, des arômes encore juvéniles, très engageant pour l’avenir.

5 - Tenute Castelbuono : notes de cassis et de réglisse au nez, bouche très jeune, fraîche, dense avec des notes de liqueur et un fruit encore timide mais prometteur.

 

 

L’étonnante construction de Castelbuono, surnommée Carapace comme l’une des cuvées de la gamme.

 

Voici également quelques pépites dénichées au fil des dégustations dans diverses maisons visitées :

Montioni propose un sagrantino Ma.Gia 2015 exceptionnel aux notes de caramel, de noix de coco, d’épices douces, avec une grosse qualité de texture et une réelle complexité.

Terre di Trinci a retenu notre attention avec un Ugolino 2009 (Montefalco sagrantino) puissant et généreux avec beaucoup de liqueur et des arômes épicés intenses. Un style simple et efficace à la fois.

Lungarotti produit de véritables  bijoux et il a été difficile de choisir, mais outre le remarquable sagrantino 2016, le Rubesco 2013 (Torgiano rosso Riserva DOC) Vigneta Monticchio sort clairement du lot tant il montre une élégance de matière et une complexité hors normes associées à une longueur impressionnante. Une merveille !

Vignabaldo étonne dans toute sa gamme avec un Grechetto 2018 (blanc) frais et riche avec beaucoup de caractère et de longueur ; un montefalco rosso 2016 (sangiovese + sagrantino + merlot) mûr, fruité, épicé et truffé avec  des notes de cannelle, de réglisse et de fruits confiturés. Et que dire des sagrantino 2014 et 2012, monuments de structure, de parfums et de complexité !

Chez Colle Ciocco citons aussi le Montefalco sagrantino 2015 enrobé et très classique et le passito 2012 parfaitement tenu par la fraîcheur.

Citons aussi Adanti pour l’ensemble de sa gamme très classique, dans un style robuste et équilibré, une valeur sûre.

Enfin une mention pour Fongoli qui produit des vins BIO et même quasiment biodynamiques, francs, fruités, très purs, avec une belle précision aromatique sur toute la gamme.