A quand un vin français au Tour de France ?

 

Émotion

 

Les media ont récemment fait écho de la colère de vignerons de l’Aude quant au choix d’un vin chilien comme vin officiel du Tour de France. Pourtant, loi Evin oblige, nulle mention n’en sera fait sur la caravane du Tour en France, mais seulement sur les sections suisses, espagnoles, et d’Andorre. On peut d’ailleurs s’interroger sur la signification d’un « vin officiel » de l’épreuve, car les coureurs ont depuis longtemps troqué le rouge, carburant historique de l’épreuve, contre d’autres breuvages parfois interlopes.

 

Les faits

 

C’est le groupe Conosur, géant du vin chilien, qui est à la manœuvre. Sa marque mise en avant « Bicicleta », était présente sur la section hollandaise du Tour en 2015, ou britannique en 2014. Le nom est choisi pour un capital de sympathie, mais aussi pour souligner une approche plus délicate de la viticulture que celle généralement employée par les industriels sud-américains. En effet, les cuvées pinot noir, carmenere… de ce vin particulier du groupe, s’approchent plus d’un vin de terroir comme on l’entend en Europe. Il reste tout de même une grosse production, et un vin simple.

 

L’avenir

 

Si seule une grosse marque, ou une grosse appellation ne peut être sélectionnée, (compte tenu des montants financiers), on peut déplorer qu’un « Tarriquet », ou un « Saint-Chinian » n’ait été choisie. Mais un blocage d’épreuves par des vignerons français en colère donnerait une publicité mondiale à la Bicicleta, alors que la marque est quasiment inconnue en France. Espérons donc qu’un accord puisse être trouvé pour les futures itérations du Tour.