Sursis pour le glyphosate

Alors que l’Europe s’interroge sur l’extension de son autorisation, que penser de son utilisation dans les vignes et pour le vin ?

 

Le Glyphosate, qu’est-ce que c’est ?

C’est l’herbicide actuellement le plus vendu au monde pour tous types de cultures, dont la vigne. Inventé par le géant américain Monsanto (en cours de fusion avec l’allemand Bayer), cette molécule est vendue par la firme sous la marque ROUNDUP. Cependant depuis 2000, le brevet étant tombé dans le domaine public, d’autres entreprises le commercialisent.

Cet herbicide est non sélectif ; il tue toutes plantes quand il est au contact de leurs feuilles. Si Monsento vend des semences de plantes génétiquement modifiées résistantes au ROUNDUP (dites « ROUNDUPReady »), ça n’est pas le cas de la vigne.

 

Glyphosate et vigne

Comme toutes les végétaux, la vigne lutte avec les « mauvaises herbes » pour avoir accès à l’eau et aux nutriments du sol. Sans intervention humaine, les rendements sont beaucoup plus faibles. Historiquement on labourait entre les rangs de vigne pour retirer ces mauvaises herbes. Depuis l’apparition du ROUNDUP (1974), un passage en tracteur pulvérisant le produit à la fin de l’hiver, on parle alors à l’époque d’un « effet magique ». Les jeunes pousses sont immédiatement tuées alors même que les feuilles de la vigne, plus tardive, ne sont pas apparues. Résultat, les sols restent vierges (le glyphosate peut être persistant jusque pendant 6 mois). Inconvénient connu et majeur : les vignes vivent moins longtemps. Autre problème, certaines plantes développent une résistance au glyphosate.

 

Glyphosate et vin

Comme toute substance active utilisée en agriculture, le glyphosate fait l’objet d’une Limite Maximale de Résidus (LMR), mesurable dans le jus de raisin après pressage. De même, il fait l’objet d’un Délais Avant Récolte (DAR), ne devant pas être pulvérisé moins de 28 jours avant vendange.

Mais comme les autres produits phytosanitaires (fongicides, pesticides…), il n’existe pas en Europe de LMR glyphosate pour le vin. Si la fermentation, transformation du jus en vin, et l’ajout d’intrants lors de la vinification a plutôt tendance à diminuer la concentration en produits phytosanitaires, l’absence de LMR, et donc de mesures, ouvre le champ à toutes les spéculations. On trouve en effet très peu d’études sur la présence de produits phytosanitaires dans le vin. RVF (Dec 2009), Que Choisir (Octobre 2013), Moms accross America (hiver 2015/2016), tous notent la présence de produits phytosanitaires dont le glyphosate dans les vins français comme californien. Les quantités sont minimes mais notées néanmoins car les seuils de détection sont de plus en plus bas.

 

Glyphosate et santé

Coup de tonnerre, le 20 mars 2015 l’OMS, via son agence Centre international de recherche sur le cancer (Circ), classe le glyphosate «cancérogène probable pour l’homme». Mais ce niveau relève des administrations. Et le 15 mars 2017, l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) le considère non cancérogène. Qui croire ? Doit-on accuser le Glyphosate de la hausse des cancers du sang chez les agriculteurs ? De la multiplication des intolérances au gluten ?...

D’autant que le contexte est à une augmentation de la chimie dans les champs, toutes cultures confondues. L’objectif français de division par deux en 10 ans des produits phytosanitaires décidé pendant le Grenelle de l’environnement de 2008 ne sera pas atteint. Leur utilisation a…augmenté !

 

Et le bio ?

Si les rares études montrent que bien souvent les vins biologiques (logo AB) et biodynamiques (logo Demeter ou Biodyvin) comportent un peu de glyphosate, les doses sont beaucoup plus infinitésimales. Totalement interdit dans ce type d’agriculture, sa présence s’explique alors par une contamination venant de parcelles voisines (pulvérisation par jour de vent…).

L’agriculture raisonnée, qu’elle soit ou non « Haute Valeur Environnementale » (logo HVE) n’interdit pas le glyphosate. Étant purement basée sur la bonne foi du vigneron, on espère simplement que celui-ci n’en utilisera que très peu.

 

Cultiver la vigne sans glyphosate ?

« Pas réaliste », dénoncent les viticulteurs conventionnels. Ou alors il faudrait revenir à un labourage en tracteur, producteur de gaz à effet de serre, indiquent les Communiquants de la FNSEA. (Les mêmes qui justifiaient il y a quelques années l’agrobusiness pour lutter contre la faim dans le monde).

Il existe pourtant d’autres techniques basées sur un couvert végétal. Permanent ou semé chaque année, ce couvert composé de plusieurs plantes (seigle, trèfle, légumineuses…), et à adapter selon les terroirs, peut rendre bien des services. Il évite d’abord l’appauvrissement des sols. Si les herbicides finissent par tuer la micro faune des sols, le labourage intensif fait de même. Or, cloportes, nématodes, lombrics, acariens… contribuent à aérer les sols, permettant la pénétration de l’eau, la pousse des racines et l’accès par la vigne à ses nutriments. Des sols « vivants » apportent également un engrais azoté naturel à la vigne. Enfin, la biodiversité est une protection contre les pathogènes (pestes, maladies…). Pour autant, ces techniques n’imposent pas d’être strictement en Bio ; ne recourir à AUCUN produit phytosanitaire pendant au moins 3 ans est très exigeant. Mais elles sont compliquées à mettre en place, et demande plus de travail. Le métier de vigneron est passionnant.

 

Rédigé par Alain Echalier

Le 10/11/2017

 

 

 

comments powered by Disqus

Découvrez nos autres articles :

Sélection massale vs sélection clonale

Le rôle de l’Union Européenne pour le vin Français

Le vignoble californien échappe au pire

Artemis s'offre le Clos de Tart

Le champagne prend l’accent anglais

Vendanges 2017 : historiquement faible ?

Le cheval est-il l’avenir du vigneron ?

La nature souffle le chaud et le froid

Vinexpo en plein renouveau !

Télécharger l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone : http://urlz.fr/21mA
» sur Android : http://urlz.fr/21mF

logo faceook logo twitter logo pinterest logo linkedin logo youtube

Le magazine

couverture du magazine du vin G&G

Les guides des vins

Les guides des vins
application iphone vin Gilbert & Gaillard

Téléchargez l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone
» sur Android

Top 100 des vins espagnols

Les 100 meilleurs vins espagnols dégustés depuis un an.