Les « vautours » du Cognac

Les vignerons de Charentes battent le tambour contre une pratique qui risque de leur porter préjudice.

 

Depuis janvier 2016 la réglementation permet de racheter des terres viticoles dans des régions en difficulté, puis après seulement une année, d’y arracher la vigne et de transférer les autorisations de plantation ailleurs. Or, le Cognac (et l’Armagnac) ne disposent pas d’armes juridiques pour s’y opposer car l’appellation est régie au niveau de l’eau de vie, c’est-à-dire une fois le vin distillé. Les appellations viticoles, elles, ont les moyens d’empêcher le phénomène.

Le syndicat des vignerons de Cognac (UGVC) estime qu’en 2016, 300 ha supplémentaires ont ainsi été plantés, en plus de la croissance de 250 ha qu’ils avaient eux-mêmes décidée. Ceci serait le fait d’une trentaine d’entre eux, les « vautours ».

 

Quel danger ?

Le marché du Cognac se porte bien : près de 2,8 milliards d’euros en 2016. L’Armagnac, moins prisé, ne semble d’ailleurs pas être la cible de « vautours ». Mais ce marché est en fait très policé entre vignerons et maisons de négoce. 300 ha supplémentaires peuvent paraitre dérisoires face au 75000 ha de vignes qui y sont exploités, mais les vignerons craignent que la pratique ne s’amplifie. De plus les opérateurs savent bien que même une légère surproduction entraine parfois une chute drastique des cours. Et là, tous souffriraient.

 

Le combat

Dès lors l’UGVC demande à court terme d’imposer un minimum de 5 ans avant qu’une autorisation de plantation ne soit transférable. A l’échelle de la durée de vie d’une vigne, rarement exploitable pour faire du vin pendant les trois premières années, cela ne semble pas excessif. Pour faire pression, tout est tenté : pétition en ligne, conférence de presse, site web appelant à la délation des « vautours », désignation publique des vignerons opportunistes… Mais, nous confie M. Imbert, Directeur de l’UGVC, lors de la nouvelle PAC (2022-2023), le syndicat cherchera à avoir directement les moyens juridiques de décider de la taille de son vignoble.

Si le combat peut paraitre celui de nantis cherchant à protéger leurs marges, n’oublions pas que le Cognac regroupe 4400 vignerons. Or c’est précisément cette diversité qui fait la force et l’intérêt de la vigne en France, contrairement à d’autres pays où la production est trustée par quelques gros industriels.

 

 

 

comments powered by Disqus

Découvrez nos autres articles :

Sélection massale vs sélection clonale

Le rôle de l’Union Européenne pour le vin Français

Le vignoble californien échappe au pire

Sursis pour le glyphosate

Artemis s'offre le Clos de Tart

Le champagne prend l’accent anglais

Vendanges 2017 : historiquement faible ?

Le cheval est-il l’avenir du vigneron ?

La nature souffle le chaud et le froid

Télécharger l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone : http://urlz.fr/21mA
» sur Android : http://urlz.fr/21mF

logo faceook logo twitter logo pinterest logo linkedin logo youtube

Le magazine

couverture du magazine du vin G&G

Les guides des vins

Les guides des vins
application iphone vin Gilbert & Gaillard

Téléchargez l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone
» sur Android

Top 100 des vins espagnols

Les 100 meilleurs vins espagnols dégustés depuis un an.