Les charmes discrets des villages de Champagne

Derrière une image très ancrée de grandes marques diffusées mondialement, la Champagne est aussi un vignoble. Elle compte environ 35 000 hectares de vignes en production, 278 000 parcelles et 320 communes. Nous en avons choisi cinq, parmi les plus représentatifs mais aussi pour la qualité de leur production.

 

Hautvillers, berceau des vins de Champagne

 

L’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers coiffe les hauteurs de la vallée de la Marne entourée des maisons du village. A l’origine, les premiers habitants du hameau, connus sous le nom de Villare, étaient installés sur les bords de la rivière. Las des pillages à répétition des barbares, ils décidèrent en 658 de bâtir leur village aux abords de l’abbaye et prirent le nom d’Altavillois, habitants de la commune de Hautvillers, le « Haut Village ». Le vignoble s’étend à ses pieds. Les ruelles pittoresques de la cité témoignent du passé architectural de la commune. Ponctuées par plus de 140 enseignes en fer forgé, tradition typiquement Altavilloise, elles emmènent les visiteurs à la découverte de l’abbaye, du clocher de l’église abbatiale ou du vieux lavoir en pierre.

 

Hautvillers tient une place particulière dans l’histoire du Champagne. C’est ici qu’un moine bénédictin, Dom Pérignon, mit au jour le phénomène de la prise de mousse et entreprit sans doute les premiers assemblages de raisins de différentes origines. Alors cellérier de l’abbaye, il se rend en pèlerinage dans l’Aude et y découvre les méthodes de fabrication de la Blanquette de Limoux. De retour à Hautvillers, il expérimente ces techniques sur les vins du vignoble, donnant ainsi naissance au Champagne tel qu’on le connaît aujourd’hui. La nef de l’abbaye abrite encore la sépulture de Dom Pérignon.

 

Dans le plus pur style altavillois le Champagne J. M. Gobillard & fils exploite 25 hectares de vignes essentiellement situés sur la commune. Avec une attention toute particulière, cette famille donne naissance à de bien beaux champagnes : Premiers Crus, Brut Rosé, Blanc de blancs, Blanc de Noirs, tous les styles sont représentés au fil de cuvées de très belle facture, notamment le Brut Privilège des Moines et le Brut Cuvée Prestige, qui forment le trio de tête de la maison avec la vineuse Cuvée rosé Prestige. Des champagnes de terroir non dénués de finesse.

 

Rilly la Montagne… et la forêt

 

A une dizaine de kilomètres au sud de Reims, Rilly-la-Montagne est l'un des plus anciens villages viticoles champenois et il peut le prouver. Le polyptyque (tableau à plusieurs volets) des moines de l'abbaye de Saint Rémy, dont dépendait le village en atteste. Datant des années 850, il nous révèle la présence, à l'époque carolingienne de deux pressoirs communs. A l’époque Rilly s'appelait alors "Risleius", nom dérivé de de "Hrisilo" qui désignait un ancien habitant germanique du village.

 

De nombreuses balades sont possibles dans et autour du village. Notamment dans la forêt, où vous trouverez des traces de la guinguette Luna Park, tant prisée des rémois au début du XXe siècle, ou celles de l’ancienne propriété Pommery. Mais Rilly est avant tout un village viticole où cohabitent plusieurs dizaines de vignerons. Parmi eux le champagne André Delaunois et Fils est probablement l’un des plus emblématiques, mené par deux familles, la descendance d’André (filles, gendres, petite fille et petit-fils), qui ont reprit la maison et unissent leurs efforts afin de produire les meilleures cuvées possibles. Alain Toullec, qui est aussi maire de Rilly et Eric Chanez vous accueilleront et vous feront visiter leur maison avec passion. Pour prendre un peu de repos, n’hésitez surtout pas à franchir les portes du Château de Rilly, site magnifique entre Reims et Epernay créé dans une ancienne Maison de Champagne fin XVIIIe-début XIXe. L'hôtel, le restaurant, le bar et le spa font de ce lieu incontournable l'étape champenoise idéale.

 

Le Mesnil sur Oger, grand cru de la Champagne

 

Niché en plein cœur de la Côte des Blancs, à 20 kilomètres au sud d’Epernay, Le Mesnil sur Oger fait partie des dix-sept villages de Champagne à bénéficier du classement de son terroir en Grand Cru. Les ruelles du vieux bourg retracent aujourd’hui le passé de cette commune de la Marne et les ruelles du vieux village ont gardé le tracé et le nom des remparts bâtis au Moyen Age. Le village est aujourd’hui une bourgade agréable, dans laquelle il fait bon déambuler. Mais c'est la viticulture qui mène l’économie locale. Les vignerons mesnilois travaillent exclusivement le cépage chardonnay, à partir duquel ils élaborent des champagnes blancs de blancs aux arômes d’agrumes, de pomme et de miel, doublés de notes gourmandes rappelant la brioche. Les vignes du village reposent sur les fameux sols de craie qui confèrent aux vins finesse, rondeur, expression aromatique et dimension minérale. Les artères de la petite cité sont jalonnées de vignerons qui vous feront goûter avec enthousiasme leurs délicates cuvées de chardonnay. Dans la rue du Grand Mont, tout en haut du village, la Maison Claude Cazals vous fera apprécier ses cuvées d'une grande finesse, dont le Clos de Cazals issu... d'Oger ! A deux pas de là (rue de la Brèche d'Oger), arrêt obligatoire chez Guy Charlemagne, notamment pour l'extraordinaire cuvée Mesnillésime 2004, puis chez son voisin Philippe Gonet, pas en reste avec son Grand Cru 2007. Et que dire de Pierre Peters, famille Luxembourgeoise installée au Mesnil (rue des Lombards) depuis 1840, qui produit des champagnes de terroirs très typés, dont la remarquable cuvée Les Chétillons.

 

Enfin, n'oublions pas le musée consacré à la vigne et au vin créé par Bernard Launois, viticulteur de la commune, qui recueille depuis des années les outils utilisés dans  l’élaboration du vin. Installé entre les murs de craie de la cave de la maison familiale, le lieu abrite pompes, pulvérisateurs et boucheuses, ainsi qu’une collection de pressoirs des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

 

Vertus, ville martyre au cœur de la Champagne

 

Les avis sur l’origine du nom de Vertus divergent. D’aucuns le rapprochent du latin « virtus », force virile, tandis que d’autres affirment que cette commune de la Marne tient son nom d’un dieu gallo-romain assimilé à Apollon, Virotus.

 

Malgré les ravages successif des guerres, Vertus a réussi à conserver une partie de son patrimoine. On peut encore admirer le puits Saint-Martin, source sur laquelle fut bâtie l’église en 1080. Quelques mètres plus loin, la Porte Baudet témoigne des fortifications qui protégeaient la cité au XIIIe siècle. Aujourd’hui, ce village de la Côte des Blancs tire sa renommée de ses champagnes blancs de blancs. Passage obligé de la Route des vins de Champagne, le vignoble de Vertus s’étend sur 500 hectares. Les vignerons y cultivent le chardonnay, seul cépage utilisé pour élaborer les blancs de blancs. Les meilleurs raisins proviennent de la parcelle historique du Clos des Bouveries. Exposée au levant, orientée à mi-coteau, elle appartient à la maison Duval-Leroy, l’une des dernières grandes maisons de Champagne familiales et indépendantes, qui vit le jour à Vertus en 1859.

 

Essoyes: La Champagne sous les traits de Renoir

 

Installé sur les rives de l’Ource, à 50 km au sud de Troyes, Essoyes abrite Renoir pour l’éternité. De lieux dédiés en expositions, le village viticole entretient la mémoire du peintre qui sut si bien l’illustre mais compte aussi plus de 400 hectares de vignes en appellation Champagne.

 

Les plus belles représentations d’Essoyes se trouvent sans conteste sur les toiles d’Auguste Renoir. Le peintre y possédait une maison ainsi que son atelier, dans lequel son épouse, Aline Charigot, et sa gouvernante, Gabrielle Renard, toutes deux originaires de ce petit village de l’Aube, prenaient la pose. La rivière Ource, qui serpente à travers le bourg, fut d’ailleurs l’un de ses sujets de prédilection. Cet affluent de la Seine joua un rôle proéminent dans le développement d’Essoyes. Au XVIIe siècle, les moulins installés sur ses rives permirent l’essor de la fabrication de papier. Relativement importante, elle cessa plus d’un siècle plus tard. Renoir, lui, décéda en 1919 à Cagnes-sur-Mer et repose au cimetière du village aux côtés de sa femme et de leurs trois fils depuis 1922.

 

L’architecture contemporaine d’Essoyes, faite de maisons de pierres et de ruelles sinueuses et fleuries, ne remonte qu’au XVIIIe siècle, car la commune fut ravagée par un incendie en 1763. Seules quelques maisons à pans de bois situées sur les rives de l’Ource témoignent de ce passé architectural et constituent le lieu de promenade obligé dans le village. En 1890, Olympe Hériot, fils d’une grande famille du village, acheta une propriété arborée au cœur du bourg et fit de cette demeure le château Hériot. Racheté par la commune en 1936, le bâtiment abrite désormais une école, ainsi qu’un espace culturel dédié aux œuvres et à la vie de Renoir à Essoyes dans ses anciennes écuries. Cette exposition-hommage permet au visiteur de cheminer de loge en loge thématique pour y retrouvez l'univers du peintre, dont Gabrielle, gouvernante et modèle à la fois.

 

Autre visite indispensable, la boutique de « La Belle Gabrielle »,  fille d'Essoyes. Installée place de la Mairie dans une grange réhabilitée, elle vous permettra de découvrir les  champagnes de la coopérative Charles Collin et plus particulièrement la cuvée La Belle Gabrielle, au style atypique, dont l'élaboration a pris cinq ans avec sélections à la parcelle, tri des raisins (80 % chardonnay, 20 % pinot noir) et un passage en fût de chêne.

 

Une partie du vignoble du village est aussi consacré aux expérimentations. Le Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne et la Chambre d’Agriculture de l’Aube y étudient le comportement de nouvelles variétés aux côtés des cépages champenois, dans le but de moderniser la viticulture tout en préservant l’environnement. Essoyes est l’une des deux seules communes de l’appellation à être dotée d’un tel dispositif.

 

Les Riceys, le champagne à travers l’Histoire

 

En 1850 la superficie du vignoble atteint 1 550 hectares. Plus de 4000 Ricetons et Ricetonnes vivaient alors du vin et aujourd'hui encore, l’architecture du village reflète cette activité viticole. En 1875, le vignoble développa une prospérité telle qu’on construisit de nouvelles demeures de pierre et des caves voûtées à travers le bourg. Près de 35 négociants vendaient alors les vins des Riceys.

 

Malmené pendant la grande guerre, le vignoble fut ensuite touché par la chute vertigineuse des prix. En 1926, l’hectolitre de vin s’échangeait à 1 200 francs. Deux ans plus tard, sa cote avait perdu 400 francs, pour atteindre 60 francs en 1934. La seconde guerre mondiale, marquée par des pillages, amorça l’arrêt du développement du vignoble.

 

La renaissance du village s’opéra dans les années 1960. Les récoltes et le cours du vin connurent alors une embellie. Les jeunes s’engouffrèrent dans la brèche et plantèrent de nouvelles parcelles. En quelques années, le vignoble retrouva de sa superbe et la décennie suivante vit l’expansion des exploitations. De plus en plus de vignerons se dirigèrent vers la manipulation. En 1980, la commune renoua avec la prospérité et attira ses premiers touristes. Elle est depuis devenue une étape incontournable de la route touristique du Champagne.

 

Aujourd’hui, Les Riceys comptent 866 hectares de vignes, qui font d’elle la commune viticole la plus importante de Champagne. C’est également le seul village à posséder les trois appellations d’origine contrôlée de la région : champagne, coteaux-champenois et rosé des Riceys. Implantés sur des sols jurassiques, les vins des Riceys sont considérés comme excentrés et méridionaux. Leur terroir, riche et varié, leur confère un particularisme certain où le pinot noir joue un rôle majeur, notamment dans sa version Rosé des Riceys.

 

Le charme du rosé des Riceys

 

C'est vers 1835 que les vignerons des Riceys commencèrent à élaborer ces champagnes typés par le pinot noir de l'Aube, dont la réputation n'est plus à faire aujourd'hui. Fort de son vignoble de 90 hectares réparti sur 7 communes et de ses vignerons attachés à leur terroir, le champagne Marquis de Pomereuil produit notamment un fameux Rosé des Riceys, un vin tranquille (non effervescent) issu du pinot noir local, aux délicats arômes de fraise des bois. Né à Epernay en 1846, le champagne Devaux compte parmi les coopératives les plus dynamiques de la région. Une très belle marque, aux cuvées haut de gamme et aux habillages très soignés. Des champagnes festifs, au premier rang desquels figurent le blanc de noirs et la Cuvée D.

comments powered by Disqus

Découvrez nos autres articles :

L’Alsace face au défi du réchauffement climatique

Connaissez-vous le vin canadien ?

La viticulture en Grande-Bretagne

California dream

On the road again: Nouvelle-Zélande

Vamos a ver Chile

À la découverte du vignoble sud-africain

Un aller simple pour l'Australie

Les 5 plus beaux vignobles du monde

Télécharger l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone : http://urlz.fr/21mA
» sur Android : http://urlz.fr/21mF

logo faceook logo twitter logo pinterest logo linkedin logo youtube

Le magazine

couverture du magazine du vin G&G

Les guides des vins

Les guides des vins
application iphone vin Gilbert & Gaillard

Téléchargez l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone
» sur Android

Top 100 des vins espagnols

Les 100 meilleurs vins espagnols dégustés depuis un an.