Julianne Moore :

Julianne Moore, oscar de la meilleure actrice 2015  pour son rôle dans Still Alice  est aussi une épicurienne patentée. Franck Rousseau, correspondant de Gilbert & Gaillard à Los Angeles l'avait interviewée à l'automne dernier. Découverte d'une grande dame, grande amatrice de vin.

A quel âge êtes-vous tombée dans le chaudron du Septième Art ? 

Sur le tard. Mon père était juge militaire dans l’armée américaine. A cause de sa fonction, nous avons pas mal bourlingué ma sœur et mon frère. Il nous était par conséquent difficile de nous attacher aux gens et aux lieux car à chaque fois que nous sympathisions avec des petits camarades nous devions plier bagage. A la longue, j’ai commencé à devenir solitaire. A m’isoler. Au fil du temps, mes meilleurs amis sont devenus des personnages imaginaires, que je découvrais dans les livres. La première chose que je visitais en arrivant dans une nouvelle ville, c’était la bibliothèque. A l’âge de douze-treize ans, j’avais lu tous les grands classiques de la littérature. Je n’avais plus qu’à passer à l’acte. A incarner moi-même les personnages que j’avais tant adoré ! Ce que je fis à quinze ans, lorsqu’on me proposa de jouer au théâtre « La Belle au bois dormant ». Une révélation. Au grand désarroi de mon père qui espérait que je devienne avocate !

 

Et la première fois que vous avez découvert le vin ?

Par jeu mais aussi un peu par provocation vis-à-vis de mes cousins, j’avais déjà trempé mes lèvres dans des verres laissés par les adultes sur la table et je dois dire que j’avais plutôt ressenti un sentiment de répulsion ! A 7/8 ans, c’est un peu normal ! La première fois que j’ai vraiment apprécié ce breuvage, c’était vers 20 ans. J’avais été conviée à une soirée. Le maitre des lieux était une encyclopédie vivante sur le vin. Je pense que même en regardant à travers une bouteille et en cachant l’étiquette, il aurait pu vous dire de quel vin et peut être même de quelle année il s’agissait. C’était impressionnant. Ce soir-là, j’ai aussi appris qu’il valait mieux éviter les mélanges !

 

Vous avez donc découvert des vins exceptionnels je présume…

Et comment ! Là, nous changions complétement de dimension ! Nous flirtions avec le sublime ! J’ai commencé à potasser quelques livres et magazines spécialisés sur les vins. J’ai découvert un monde que je ne soupçonnais pas ! Un univers, certes peuplés d’initiés, mais qui ne fermait pas pour autant sa porte aux néophytes. Au début, je pataugeais un peu mais petit à petit, j’ai réussi à me forger un palais et à acquérir la capacité de pouvoir dire autre chose que : « Hmmmm, ce vin est bon ! ».

 

En quelles occasions avez-vous l’opportunité de savourer de bons crus ?

Toutes les occasions sont bonnes. Avec mon mari, le soir, à la maison nous aimons bien nous retrouver autour d’un petit rosé bien frais l’été et d’un vin plus « charnu » qui remplit bien la bouche durant les autres périodes de l’année ! Il y a des vins qui me procurent de bons retours gustatifs comme les Sauvignon. Mais je ne suis pas sectaire ! J’aime découvrir de nouvelles saveurs ! Cela donne l’occasion d’entamer une discussion, de voyager dans d’autres contrées, d’autres terroirs. C’est un peu normal chez une actrice ce désir d’exploration, d’inconnu. Si dans mon métier, vous ne ressentez pas le désir de vivre d’autres expériences, de vous ouvrir, de bouleverser vos habitudes, il faut en exercer un autre. Cela dit, je pense que cela ne s’applique pas qu’à mon job !

 

Qu’est-ce qu’on vous sert comme vin pendant les tournages ?

Cela dépend des films et des budgets surtout. Mais généralement, on évite l’alcool sur les plateaux. Quand vous voyez des scènes à table par exemple, les verres contiennent du jus de raisin ou de l’eau colorée ! Cela se comprend d’ailleurs. Si l’on servait du vin pendant les tournages et que vous êtes amené à tourner dix fois la même scène, je ne suis pas sûre du résultat ! Maintenant, quand le film est terminé et que nous faisons de la promo, on évite de boire des jus de fruits, de l’eau pétillante ou des sodas !

Propos recueillis par Frank ROUSSEAU, notre correspondant aux Etats Unis

comments powered by Disqus

Découvrez nos autres articles :

Pedro Almodovar : Une relation intime avec le vin

Cynthia Nixon : Wine in the city !

Vin Diesel : L’action man du cinéma yankee

Michael Fassbender : “Le vin est un marqueur de mémoire”

Justin Timberlake : « La trilogie du bonheur c’est golf, musique et vin »

Patrick Dempsey : « C’est en Europe que j’ai compris l’importance du vin »

RENEE ZELLWEGER : « Avec le vin il ne faut pas chercher à faire semblant »

Les Trump en quête d’un grand millésime 2016

COLIN FIRTH : « Quoi de mieux que du Debussy avec un verre de Bordeaux »

Télécharger l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone : http://urlz.fr/21mA
» sur Android : http://urlz.fr/21mF

logo faceook logo twitter logo pinterest logo linkedin logo youtube

Le magazine

couverture du magazine du vin G&G

Les guides des vins

Les guides des vins
application iphone vin Gilbert & Gaillard

Téléchargez l’application Gilbert & Gaillard sur votre mobile !

» sur iPhone
» sur Android

Top 100 des vins espagnols

Les 100 meilleurs vins espagnols dégustés depuis un an.