Accueil >> Apprendre le vin

Apprendre le vin

Vendanges en vert, objectif qualité

   Au gré de vos balades dans les vignobles, peut-être avez-vous déjà observé des travailleurs semblant vendanger. Seulement voilà, cela se passait entre début juillet et la mi-août. Ces hommes effectuaient en fait une vendange en vert, technique de plus en plus répandue destinée à favoriser une qualité optimale des raisins.
 
 
 
Qu'est ce que la vendange en vert ?
 
   Lorsqu'à la véraison (période qui marque le début de la maturation des raisins), le millésime se montre trop généreux et annonce une récolte trop abondante, le viticulteur a encore la possibilité d'intervenir par l'éclaircissage, encore dénommé « vendanges en vert ». L'élimination de quelques grappes permettra à celles qui restent d'accumuler le maximum de matières nobles (sucres, tanins, anthocyanes...).
 
 
A quoi sert-elle ?
 
   Les vendanges en vert constituent une technique de rattrapage : l’action ultime qui permettra de diminuer les rendements au profit de la qualité. Elle intervient si les techniques exercées en amont (taille, maîtrise de la vigueur de la vigne,...) n’ont pas suffi à maîtriser la récolte. La suppression des grappes peut également répondre à un objectif à la fois sanitaire et qualitatif sans qu'il y ait surproduction : elle permet alors d'aérer les grappes. Moins tassées, ces dernières sont moins sensibles à la maladie du botrytis.
 
 
Pourquoi pratique-t-on la vendange en vert ?
 
   Les progrès de la recherche ont permis une évolution du matériel végétal. Aujourd’hui, la plupart des clones proposés procurent une forte vigueur, une fertilité plus importante. La nécessité d’éclaircir est un peu le revers de la médaille et le prix à payer pour cette «bonne santé» accrue.
 
 
Quand se pratique-t-elle ?
 
   Pratiquement la vendange en vert doit être effectuée après la nouaison à un stade antérieur mais le plus proche possible de la véraison. A cette époque (juillet-août), la vigne atteint l’équilibre : le début de la maturation des raisins commence et les sucres migrent vers les grappes. Si la vendange en vert est effectuée trop tôt il y a des risques pour que les grappes restantes grossissent par un phénomène de compensation, au détriment de la maturation. De plus, la vigueur des souches est accrue : l'année suivante il y a à nouveau un risque de surproduction. Pour que la vendange en vert ait une incidence directe sur la maturation des raisins, au moins 30% des grappes doivent être supprimées.
 
 
Quelles sont les régions viticoles qui usent de cette pratique ?
 
   La vendange en vert est une pratique très onéreuse. Elle double le prix de vendanges manuelles, elles-mêmes déjà très chères par rapport à une vendange mécanique. Elle est réservée aux vignobles à forte valeur ajoutée. Elle se pratique davantage dans les vignobles septentrionaux. En effet, dans les vignobles du Sud méditerranéen, le climat sec limite lui-même beaucoup plus les potentialités de rendement.
 
 
Certains types de vins nécessitent-ils forcément une vendange en vert pour atteindre une qualité suffisante ?
 
   Le choix de pratiquer la vendange en vert répond à un objectif qualitatif. Le vigneron est seul juge : il décide de la qualité qu’il souhaite obtenir, en fonction des spécificités de son terroir, de ses débouchés commerciaux et surtout de ses impératifs économiques. Bien sûr, au final, c’est toujours le consommateur qui sanctionne la qualité obtenue.