Accueil >> Apprendre le vin

Apprendre le vin

Beaujolais

Le vignoble du Beaujolais est situé dans le centre-est de la France. Il doit son nom à la petite ville de Beaujeu. Il débute au sud de Mâcon en Bourgogne et descend quasiment jusqu’aux portes de Lyon. Il produit en grande majorité des rouges et quelques rosés, mais on y vinifie aussi une petite proportion de blancs dans le Nord. Des vins à la personnalité aromatique affirmée, fruits de la trilogie incontournable : cépage, terroirs, climat.

 

Les fleurons du vignoble sont naturellement ses dix crus : Brouilly, Chénas, Chiroubles, Côte de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin à Vent, Régnié et Saint-Amour (voir carte) Ils sont situés dans la partie septentrionale du vignoble. Une appellation Beaujolais “générique” qui se décline en Beaujolais Villages et Beaujolais Supérieur est elle essentiellement concentrée dans le sud de la région. On peut dire que le gamay trouve ici sa pleine expression.

 

Les sols granitiques mêlés de schistes et de grès lui conviennent à merveille. On trouve localement des sols un peu différents qui confèrent aux crus toute leur personnalité : apport d’argile à Juliénas ; granite riche en manganèse à Chénas ; silice et granite mêlés sur l’A.O.C. Fleurie ; granite et schiste “corne verte” sur les pentes du Mont Brouilly… (A.O.C. Côte de Brouilly). Ces particularités alliées au travail des vignerons façonnent véritablement l’expression de chaque cru du Beaujolais dont vous trouverez quelques fiers représentants dans les pages qui suivent.

 

On rattache souvent au Beaujolais le vignoble voisin des Coteaux du Lyonnais : il s’agit du vignoble historique de la ville de Lyon depuis l’époque Romaine. Le gamay y est roi, sur des sols de granits, de roches métamorphiques et sédimentaires principalement. Ces vins d’AOC (depuis 1984) vinifiés en rouge selon la méthode beaujolaise, peuvent aussi être rosés, voire blancs.

 

CÉPAGES : gamay noir à jus blanc pour les rouges (majoritaires) et les quelques rosés. Chardonnay pour les rares beaujolais blancs, avec en plus du pinot blanc et de l’aligoté dans les coteaux du lyonnais.

 

TYPES DE VINS : rouges souples, gouleyants et fruités pour les beaujolais “ génériques ” ; les crus sont plus complexes, les morgons et les moulin-à-vent pouvant même se prêter à la garde dans les bons millésimes. Les rosés sont à boire jeunes, ainsi que les blancs, qui sont acidulés et nerveux. Tous deux s’avèrent délicieux à l’apéritif ou avec des chèvres frais.

 

 

LES APPELLATIONS BEAUJOLAISES

 

Beaujolais et beaujolais supérieur A.O.C.

 

Présentation : l’aire de production s’étend sur 90 km de long et 15 km de large. Couvrant 3 cantons et 55 communes,  elle débute à Leynes au sud de Mâcon et se prolonge jusqu’au canton de l’Abresle. L’ensemble de la zone est délimitée par l’Arlais, un cours d’eau, au nord, les monts du Lyonnais à l’ouest, la Saône à l’est et par la Turdine, un autre cours d’eau au sud.

 

Presque tous les vins de cette appellation sont produits au sud de Villefranche-sur-Saône. Les vins rouges, provenant du cépage gamay, constituent l’immense majorité de la production. Les blancs, provenant de chardonnay, ne représentent en effet que 2% du total. Si le beaujolais doit titrer 10 % vol, le beaujolais supérieur exige un minimum de 11 %.

 

La majorité de ces vins sont vendus en primeur dont plus trois quarts sont commercialisés par le négoce.

 

Climat et Sols : il existe deux types de sols. Au nord, ils sont de nature cristalline, granitique avec des traces de manganèse. Dans la partie méridionale, ils sont composés de roches sédimentaires avec une dominante argilo-calcaire. Les vignobles sont situés sur des coteaux, le long des nombreux ruisseaux qui drainent la région. Dans la partie septentrionale, où se trouvent les crus, les terrains sont peu profonds et perméables. C’est dans la partie sud que sont produits la plupart des vins sous l’A.O.C Beaujolais. Le climat tempéré est marqué par des influences continentales. Les hivers peuvent être rigoureux mais les étés sont chauds. Les collines beaujolaises constituent un rempart contre les vents d’ouest. Avec une exposition des vignes à l’est et au sud, le taux d’ensoleillement est important.

 

Types de vins : les beaujolais sont vinifiés sans foulage ni égrappage. Les grappes entières sont mises dans les cuves et fermentent par fermentation intracellulaire. Ils sont frais, fruités, friands, vifs, gouleyants. Ils sont à apprécier dans leur jeunesse pour leur robe rouge rubis légèrement violacé et leurs parfums de petits fruits rouges (groseille, cassis, framboise…) La cuisine quotidienne, la charcuterie leur conviennent parfaitement.

 

Beaujolais-villages A.O.C.

 

Présentation : l’aire d’appellation regroupe 39 villages sur les départements du Rhône mais aussi de la Saône-et-Loire avec huit villages. L’A.O.C se situe entre Leynes au nord et Denicé. Parmi les communes concernées citons Odenas, Montmelas, Vauxrenard, Rivolet, Saint-Lager... La région de production englobe également neuf des dix crus du beaujolais. Les sols sont ici de nature cristalline avec une dominante de schistes et de granites. C’est sur ce type de terroir que le gamay s’exprime le mieux. Les beaujolais-villages doivent présenter un titre alcoométrique volumique de 10,5 %. Ils représentent environ un quart de la production de la région. Remarque : si les vignerons ont le droit de mentionner le nom de leur village sur l’étiquette à la suite de Beaujolais Villages, bien peu le font.

 

Types de vins : ils ont une robe rouge cerise avec des parfums de fruits rouges où dominent la fraise et le cassis. Certains peuvent avoir des notes de cuir, d’épices ou de gibier. Ils sont aussi plus charpentés que les vins d’A.O.C. Beaujolais. Fruités, gouleyants, vifs, nerveux, harmonieux, ronds, suaves et équilibrés, ils peuvent être bus dans leur jeunesse ou être attendus. Cervelas en brioche, andouillette grillée, coq au vin, viande rouge, fromage lyonnais, cochon de lait, pot au feu, poulet grillé… font partie des mets qui les mettent en valeur.

 

Brouilly A.O.C.

 

Présentation : c’est le cru le plus méridional et le plus vaste du Beaujolais. Le vignoble enserre la colline de Brouilly sur les communes de Saint-Lager, de Cercié, de Quincié, d’Odenas, de Saint-Etienne-la-Varende et de Charentay. Dès le IVe siècle, les vignes étaient présentes au sud de la colline. Jusqu’au XVIIe siècle, ces vins étaient consommés dans la région. Certains l’ont baptisé « le vin de l’amour ». Plusieurs types de sols peuvent être distingués. A Saint-Etienne-la-Varende, Quincié et Odenas, on est en présence de granit avec sol sablo-argileux. Sur les substrats marno-calcaires,  le sol est composé de cailloux calcaires siliceux et gréseux. A noter, à Cercié, un coteau exposé plein sud a le droit sur 22 hectares de porter la dénomination « pisse vieille ». C’est le seul climat reconnu à Brouilly.

 

Types de vins : les brouillys ont une bonne structure. Ils sont tendres, fins, vifs, fermes, robustes, puissants et fruités. Ils sont aussi harmonieux, ronds, relativement vineux avec des tanins agréables. Leur robe affiche une couleur intense type rubis et des parfums de myrtille, de mûre, de raisins frais, de kirsch, de cerise et des notes minérales. On apprécie un brouilly sur viandes rouges, grillades, charcuterie, fromages de chèvre.

 

Chénas A.O.C.

 

Présentation : ce cru doit son nom aux chênes qui peuplaient autrefois le site. L’appellation s’étend sur les communes de Chénas et de la Chapelle-de-Guinchay sur les départements du Rhône et de la Saône-et-Loire. Situé entre Juliénas et Saint-Amour au nord et Moulin-à-Vent au sud, c’est l’un des plus petits crus du Beaujolais. La majorité de l’appellation domine la vallée de la Mauvaise. Compte tenu du microclimat, la récolte est plutôt précoce. Les sols sont granitiques sur la partie haute de l’appellation et évoluent en contrebas vers des terrains silico-argileux. En surface, ils comportent de nombreux cailloux. Dans leur ensemble, ce sont des sols pauvres et légers. Remarque : la coopérative élabore environ la moitié de la production.

 

Types de vins : les chénas ont une robe profonde et des parfums floraux dominés par la pivoine, la rose, la violette. En vieillissant, ils peuvent développer des notes épicées et boisées. Ce sont des vins bouquetés, tendres, charnus, voluptueux, chaleureux. Ils ont des tanins élégants et persistants qui s’arrondissent avec l’âge. Plus bouquetés que les juliénas, ils tendent à se rapprocher des moulin-à-vent en plus corsés. Ils peuvent être gardés en moyenne de 5 à 8 ans. Les vins sont plus tendres sur la Chapelle-de-Guinchay. On dit de ces vins que ce sont des « gerbes de fleurs déposées dans une corbeille de velours ». A déguster en compagnie de viandes rouges rôties, viandes en sauce, cailles, pigeons aux petits pois, fromages, côtes de veau aux marrons…

 

Chiroubles A.O.C.

 

Présentation : à 50 km au nord de Lyon l’appellation Chiroubles se situe  à l’ouest de Fleurie et au nord de Morgon. Ce cru, planté sur des terrasses dans un cirque est celui qui possède l’altitude la plus élevée du Beaujolais (entre 250 et 400 m). Les vignes bénéficient en outre de la protection des coteaux sur lesquels elles sont plantées. Il en résulte une amplitude thermique plus importante que dans les autres crus. Les sols, maigres, perméables et homogènes, sont composés de sables granitiques peu profonds.

 

Types de vins : les chiroubles sont aériens, éclatants, légers, tendres, bouquetés, friands, vifs. Ils sont aussi élégants, délicats, fins, équilibrés et peu tanniques. Ce sont des vins féminins. C’est peut être le cru le plus caractéristique du Beaujolais avec sa robe claire de couleur vermeil, ses parfums de violette, de pivoine, de muguet, d’iris, de framboise et de fruits des bois.. C’est aussi l’un des vins à boire le plus jeune. On dit de ces vins qu’ils vous « caressent l’intérieur ». A déguster sur terrine de lapin en gelée, viandes grillées, charcuterie, saucisses ou andouillettes grillées, volailles, viandes blanches, épaules d’agneau,  fromages du Charolais….

 

Côte de Brouilly A.O.C.

 

Présentation : l’aire de production se situe sur les pentes abruptes des collines de Brouilly, sur les communes de Saint-Lager, Quincié, Cercié et Odenas. Les vignes y étaient déjà présentes aux IVe-Ve siècle. Cette A.O.C se targue non seulement d’être la plus ancienne appellation du Beaujolais mais aussi de bénéficier de la protection de la Vierge. On y trouve la chapelle Notre-Dame-du-raisin, inaugurée en septembre 1857 et théâtre depuis cette date, d’un pèlerinage annuel.

 

Les sols de la Côte de Brouilly présentent une réelle spécificité : roches cristallines et volcaniques connue sous le nom  de « pierre bleue » de Brouilly. Schistes et diorites dites également « cornes-vertes ».

 

Types de vins : les côte-de-brouilly ont une robe rubis intense et des parfums de raisins frais, de fruits rouges (framboise, myrtille), de kirsch, d’iris et des notes vanillées. Ils sont savoureux, séveux, vineux, corsés, étoffés, pleins, charnus et charpentés. Ils sont longs en bouche, équilibrés avec des tanins élégants. Leur capacité de vieillissement est plus importante que celle des brouillys. Ils peuvent d’ailleurs être fermes dans leur jeunesse. Leur structure leur permet d’accompagner viandes rouges rôties ou en sauce, côte de bœuf à la moelle, volaille (oie, canard, poularde de Bresse), andouillette grillée, civet de lapin, tarte aux fromages…

 

Coteaux du Lyonnais A.O.C.

 

Présentation : cette appellation, forte de 48 communes, s’étend à l’ouest de Lyon sur la rive droite du Rhône. Elle occupe une bande de 40 km de long et 30 km de large et s’intercale entre le Beaujolais au nord et les Côtes-du-Rhône au sud. Le vignoble est planté sur des coteaux et des plateaux orientés vers l’est ou le sud-est. La production de rouge domine très largement mais les blancs représentent toutefois 5 % de l’ensemble.

 

Types de vins : les coteaux-du-lyonnais  rouges arborent une robe rouge cerise et des parfums de framboise, de cerise. Ce sont des vins légers, gouleyants et fruités à apprécier sur charcuterie (andouillettes, terrine, saucisson chaud), volailles, viandes rouges rôties ou braisées, pot au feu, volailles rôties et fromages. Les blancs, à la robe jaune aux reflets verts, développent des arômes d’agrumes, de pamplemousse et de fruits exotiques se marient fort bien avec des quenelles de brochet. Quant aux rosés, ils sont frais, intenses, fruités, fins et désaltérants.

 

Fleurie A.O.C.

 

Présentation : l’appellation Fleurie est située sur le territoire de cette seule commune, au voisinage de Chiroubles, de Morgon et de Moulin-à-Vent. Le vignoble est orienté sud-est et nord-ouest. Si certaines vignes sont plantées sur des pentes abruptes, d’autres occupent des dénivellations plus douces. Les sols, maigres, sont granitiques à cristaux avec un peu d’argile à l’est de l’aire de production. Au pied de la chapelle de la vierge noire partie haute et abrupte, ils deviennent squelettiques alors que ceux situés au-dessous du bourg contiennent plus d’argile. L’INAO répertorie treize climats au sein de l’appellation : Les Côtes, Le Bon Cru, La Roilette, Les Moriers, Les Roches, Les Garants, Poncié, Montgenas, La Chapelle des Bois, La Madone, Grille Midi, Champagne et La Joie du Palais. Remarque : une bonne partie de la production est vinifiée par la coopérative.

 

Types de vins : les fleuries présentent une robe cerise sombre et des parfums de pêche, de fruits rouges comme le cassis, des notes florales avec l’iris, la violette, la rose. Ils peuvent être légèrement épicés. Ce sont des vins charnus, élégants, veloutés, fruités, féminins. Les vins issus de la partie haute de l’appellation sont plus fins et aromatiques alors que les vins de la partie basse sont plus charpentés. Si le moulin-à-vent est considéré comme le roi des beaujolais, on dit de Fleurie qu’elle est la « reine des crus ». Ils peuvent faire l’objet d’une garde. A accompagner d’une andouillette, d’un canard aux cerises, de gigot, viandes blanches, volailles.

 

Juliénas A.O.C.

 

Présentation : ce cru est situé à l’extrême nord de la région et s’étend sur les communes de Juliénas, de Juillé, d’Emeringes dans le Rhône et de Pruzilly dans la Saône-et-Loire. Au sud de l’appellation se situe Chénas et au nord-ouest, Saint-Amour. L’aire de production du Juliénas se trouve entre deux mondes. Celui du chardonnay dans le Mâconnais et du gamay dans le Beaujolais. Les vignes sont exposées au sud-ouest et au nord-ouest et sont protégées des vents du nord et de l’est.

 

Elles sont implantées sur un sol composé de schistes et de granites avec la présence d’argile. L’ouest de l’appellation est granitique avec du manganèse alors qu’à l’est, les sols sont plus profonds et plus argileux.

 

Types de vins : les juliénas présentent une robe foncée et des parfums où dominent la pivoine, la violette, les fruits rouges (groseille, fraise des bois, framboise), la cannelle, le cassis et la pêche de vigne. On peut avoir des notes épicées. Ce sont des vins généreux, charpentés, puissants, riches, virils qui doivent être, sauf exception, bus dans les deux à cinq ans. Les vins produits sur les communes de Juillé et d’Emeringes sont toutefois plus précoces alors que ceux issus des terres plus argileuses ont besoin de plus de temps pour s’ouvrir. A déguster sur viandes rouges rôties ou en sauce, grillades, volaille, coq au vin.



Morgon A.O.C.

 

Présentation : ce cru du Beaujolais se situe autour du village de Villié-Morgon à 25 km de Mâcon et de Villefranche-sur-Saône. L’appellation est délimitée au nord par Chiroubles et Fleurie et au sud-ouest par Régnié. De nombreux ruisseaux parcourent l’aire de production d’ouest en est. Avec Brouilly, c’est le cru le plus étendu du Beaujolais. Du nom de l’appellation est né un verbe. Quand on parle d’un jeune beaujolais qui a les traits d’un bourgogne, on dit qu’il « morgonne ». Les sols sont composés de roches cristallines altérées et friables, baptisées « terre pourrie ». Le granit est ici mélangé à de l’argile et à du sable. C’est un terroir manganifère et pyriteux., caractère qui dit-on, permet aux vins de vieillir.

 

Types de vins : les morgons se caractérisent par une robe grenat et des parfums de fruits à noyau (abricot, pêche, cerise, prune), de kirsch, de bonbon anglais, de fraise, de groseille, de cassis et de framboise. Lors des années chaudes, on peut avoir des arômes de fruits très mûrs. Ils sont généreux, corpulents, charnus, robustes, notamment ceux  issus de la Côte de Py, considérés comme ayant une profondeur caractéristique des morgons. Ces vins comptent parmi les meilleurs vins de garde de la région et ont besoin de temps pour s’exprimer. Toutefois, un certain nombre de producteurs ont opté pour des vins à boire plus jeunes.

 

Depuis 1985, Morgon est divisé en six climats qui découpent le cru en trois bandes : Les Charmes (vins structurés), Corcelettes, Côte du Py (très charpentés, de garde), Douby (plus souples), Les Grands Cras (ronds, friands et aromatiques),  Les Micouds (style intermédiaire). Les morgons se marient bien à une entrecôte, viande en sauce (faisan), gibier, coq au vin, ragoût de mouton, canard aux oignons, gigot.

 

Moulin à Vent A.O.C.

 

Présentation : Ce cru tire son nom d’un vieux moulin à vent datant du XVe siècle. Le cru s’étend sur les communes de Chénas (Rhône) et de Romanèche-Thorins (Saône-et-Loire). Il jouxte  Juliénas, Fleurie et Chénas. Le vignoble de Moulin à Vent comprend cinq clos : Grand Carquelin, Champ de la Cour, Les Thorins, La Roche et Rochegrès. Les quatre premiers sont aux alentours du moulin alors que le dernier est dans la partie haute de l’appellation, à la limite de Fleurie. Le vignoble est planté sur des pentes douces ouvertes vers l’est. Les sols sont composés de granites roses friables (on les appelle gore), riches en oxydes de manganèse. C’est ce dernier élément qui donnerait la spécificité aux vins de Moulin à Vent.

 

Types de vins : ils présentent une robe rubis et des parfums de fruits rouges (cerise) et des notes florales où dominent l’iris, la violette et la rose. Avec l’âge, ils acquièrent des arômes de fruits rouges mûrs, d’épices, de truffe, de musc voire de gibier. Les moulin-à-vent sont concentrés, corsés, puissants, robustes, riches en tanins. Ils seraient les plus aptes à la garde. On dit de ces vins qu’ils ont la grâce des beaujolais et le prestige des bourgognes. A apprécier avec bœuf mode, viandes rouges rôties, gibiers, fromages.

 

Régnié A.O.C.

 

Présentation : c’est le cru le plus occidental du Beaujolais. Il s’étend sur les communes de Régnié-Durette et de Latignié à 25 km au nord-ouest de Villrfranche-sur-saône. Ce fut le dernier cru à être reconnu dans le Beaujolais. Auparavant, les vins de ce secteur  étaient considérés comme les meilleurs beaujolais-villages. Le vignoble descend en pente douce vers la vallée de l’Ardières. Au nord-ouest, la montagne d’Avenas protège les vignes. Les sols sont composés de granites roses assez riches en éléments minéraux avec la présence d’argile. Ce sont des sols légers et pauvres.

 

Types de vins : les régniés sont fruités, gouleyants, charmeurs, équilibrés et de bonne évolution. Ils ont des tanins fins. Avec leur robe rouge cerise, leurs parfums de fruits rouges (framboise, groseille, cassis) et noirs (myrtilles, mûres), parfois de pêche mûre, des notes florales (chèvrefeuille) et d’épices, ce sont des vins à boire jeunes. A accompagner de viandes rouges grillées, andouillette, jambon persillé, jambonneau, saucisson chaud, tartes de pomme de terre, fromages.

 

Saint-Amour A.O.C.

 

Présentation : c’est le cru le plus septentrional du Beaujolais, situé sur la commune de Amour-Bellevue. Le nom du village serait dû à Amor (devenu Saint-Amateur), un soldat romain qui, ayant échappé à un massacre, vint se réfugier en Gaule. Devenu missionnaire, il donna son nom au village.

 

L’appellation, située en limite du Mâconnais, se trouve dans une aire de production où l’on produit également des beaujolais blancs et des saint-vérans (avec du chardonnay). Le terroir, adossé à la montagne de Bessay, est composé de calcaires mais également de granites. On retrouve des traces de schistes et de grès. C’est un terroir argilo-siliceux avec des cailloux et des détritus rocheux.

 

Types de vins : on y produit deux types de vins : des vins de garde charpentés, puissants, voluptueux, gras, harmonieux et relativement tanniques à la robe intense pourpre à grenat et aux parfums d’abricot, de pêche, de pomme, de fraise écrasée, de framboise et de pivoine ; des vins à boire plus jeunes, charnus, tendres, légers, élégants, évoquant le kirsch, les épices et les notes florales (réséda). Selon le type, on peut les déguster sur des viandes rouges ou blanches, de la charcuterie, des fromages.


Achetez votre vin du Beaujolais en ligne